Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 11 juillet 2003

- Brigate Rosse

- Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente


Communiqué du centre de doc Porfido

Mis en examen pour le délit mentionné à l’article 270 bis du code pénal, pour avoir constitué et dirigé une association, dénommée C.R.A.C. -CENTRO di RICERCA per l’AZIONE COMUNISTA [centre de recherche pour l’action communiste], qui est porté à l’accomplissement d’actes de violence à finalité de terrorisme et de subversion de l’ordre démocratique et en particulier à accomplir des délits avec usage de la violence contre l’intégrité personnelle dans le but de développer une activité politique et de propagande directe pour combattre le capitalisme et détruire l’Etat.

Le décret de perquisition émis par le tribunal de Bologne commence par ces mots, celui avec lequel les carabiniers du ROS [rassemblement des opérations spéciales] ont frappé aux portes de plus de cinquante personnes dans différentes villes d’Italie le vendredi 11 juillet 2003. A Turin, ils sont venus perquisitionner la maison d’un compagnon du centre de documentation Porfido, dont ils ont séquestré l’ordinateur, les disquettes, la correspondance et divers papiers.

Aussi, pour parler clairement, non seulement nous refusons, comme beaucoup de personnes ont l’habitude de faire dans ce genre de cas, de "prendre de la distance" ; mais au contraire, nous confessons que si le CRAC était réellement une association en mesure d’accomplir de tels travaux précieux ("subversion de l’ordre démocratique"... "combattre le capitalisme"... "détruire l’Etat"), nous n’aurions certainement pas hésité à en faire partie. Mais malheureusement, il n’en est pas ainsi. Et non pas à cause de l’incapacité des amis et compagnons du CRAC ; plutôt pour le simple fait que la révolution sociale n’est pas la mise en acte d’un projet élaboré par un groupe politique, par une avant-garde, par un parti, armé ou moins que ça, mais bien plus un processus historique, une catastrophe de l’époque, le fruit d’une explosion des contradictions internes à une organisation sociale en déclin.

"Le communisme est le mouvement réel qui abolit l’état des choses présentes", comme on dit.

C’est à l’intérieur de ce mouvement que les individus et les groupes s’efforcent de l’accélérer, d’y participer, cherchent à donner de la force et de la conscience aux forces sociales destinées à sa réalisation, au dépassement de la société, à la réalisation de la communauté humaine. A cet effort tend Porfido, à son petit niveau, comme les compagnons du CRAC.

Aucune dissociation donc, également parce qu’en réalité il y a bien peu de quoi se dissocier. Dans la mise en examen concernée, il n’y a carrément rien. Les uniques choses qui sont reprochées aux mis en examens, d’après les actes [juridiques], se sont des assemblées publiques, des présentations de livres, des réunions.

Du reste, il semblerait absurde, mais évidemment pas aux yeux des carabiniers et du procureur, de construire une association subversive avec son beau site internet, ses journaux, une adresse publique, etc. Mais de toute façon...

Ce qui est agité dans ces actes [juridiques] c’est une analogie présumée avec les positions des "groupes subversifs ouvertement auteurs d’actes de violence et de terrorisme, dont les Brigades Rouges parti combattant...". Ce qui est certain mais c’est tout est que les compagnons du CRAC, suite à l’homicide de Marco Biaggi, ont publiquement refusé de "se joindre au concert de voix des gens qui, par opportunisme et infamie, font un concours pour être "les plus éloignés", "les plus démocrates", "les meilleurs opposants des BR-PCC".

Et vu que cette mise en examen, même indirectement, sur quelque mode nous met également en cause, nous confessons sans pudeur que nous n’avons pas versé une larme pour la mort de celui qui a passé sa propre vie au service de l’exploitation de classe. C’est peut-être parce que nous serions des extrémistes sans c ?ur. Ou peut-être parce que nous versons déjà suffisamment de larmes tous les jours pour les victimes de cette exploitation, pour tous les jeunes assassinés dans les rues par les balles de la police,, pour tous les prolétaires morts au travail ou reclus et torturés dans les prisons de la patrie ; pour ne pas parler de tous les bombardés, affamés, malades dans le reste du monde, et envoyés par le fond [les réfugiés arrivent le plus souvent en Italie en bateau] et déportés lorsqu’ils cherchent à fuir du sort que le capitalisme leur a réservé chez eux.

De toute façon, si d’un côté cette mise en examen est si démentielle qu’elle prête à sourire, d’un autre elle est préoccupante comme indice du climat dont elle est issue. Nous ne faisons pas ici référence, ou du moins pas exclusivement, à la répression par rapport au "mouvement", mais à la recrudescence générale de la répression au niveau mondial. Mettre en cause le gouvernement de droite est uniquement une tentative niaise de renversement cause-effet.

Le climat de guerre infinie pénètre violemment toute la vie sociale, et aussi dans les métropoles de la "forteresse occidentale". La guerre internationale au terrorisme se traduit par l’attaque de tout espace de liberté et d’autonomie sur toute la planète, où les frontières, blindées pour les immigrés, n’existent plus pour les soldats et les policiers ; les Etats remparts des "libertés démocratiques" construisent candidement des lager [camps de rétention pour immigrés], appliquent une torture systématique sur leurs prisonniers, piétinent les traités internationaux, etc. A la tête de la police américaine en Irak on intronise celui qui a combattu la criminalité dans les rues de New York, le bras droit de Rudolph Giuliani, héros de la "tolérance zéro" ; ainsi ceux qui ont dirigé les tabassages dans les rues de Gênes au cours du G8 étaient les mêmes carabiniers qui avaient menés les massacres en Somalie, pour bien se rappeler comme la séparation entre temps de guerre et temps de pais est toujours moindre ; la "zone de guerre" est désormais l’entièreté de la vie sociale. L’administration de l’ordre capitaliste se résout toujours plus en une guerre civile quotidienne, une guerre permanente contre les hommes pour le maintien forcé de la paix marchande.

Ce n’est pas à proprement parler ce qu’on appelle une situation rose... cela semblerait plutôt une tentative désespérée d’empêcher l’écroulement d’une société à l’agonie, à tout prix. Nous ne savons pas combien de temps elle pourra tenir, certainement pas éternellement. Entre temps, de toute façon, nous confessons que nous n’avons pas l’intention de rester assis sur les rives du fleuve, attendant de voir passer le cadavre du monstre mercantile.

14 juillet 2003 - centre de documentation "Porfido" [Porphyre : roche volcanique rouge foncée et compacte] - via Tarino 12/c, 10124 Torino [Italie]

[Traduction de l’italien, C.C.]

[texte publié sur http://guerrasociale.org/] [Disponible en Français sur http://toutmondehors.free.fr/


Précédent Haut de page Suivant