Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 9 mars 2005

- Basque


Interview d’Argi Perurena

GARA 2005-03-09

Argi Perurena fait partie des porte-parole du Collectif des Prisonniers et Prisonnières Politiques Basques « Nous invitons chaque gouvernement à faire les pas nécessaires pour parler avec le groupe des porte-parole du Collectif. »

Emprisonnée à Fleury-Mérogis, Argi Perurena invite les gouvernements français et espagnol, au travers de l ?entrevue que publiait mercredi « Berria » et dont nous reproduisons les points principaux dans ces lignes, à parler avec les représentants du EPPK (Collectif des Prisonnier(e)s Politiques Basques), dont elle fait partie avec Juan Lorenzo Lasa Mitxelena, Anabel Egues et Daniel Dergy. De plus, elle annonce que la politique pénitentiaire ne changeant pas, le Collectif des Prisonnier(e)s va accélérer la lutte qu ?il mène depuis ces dernières semaines.

- Vous pourriez éclaircir les raisons de la lutte que vous menez depuis le début de l ?année ?

Nous avons commencé une lutte permanente contre l ?isolement politique et en faveur de notre statut politique. Et avec cela nous voulons dire que Euskal Herria a la parole, que nous aussi, en tant que prisonnières et prisonniers nous l ?avons, et que, s ?il existe une réelle volonté de trouver une issue politique au conflit politique que vit le Pays basque, nous devons être au Pays basque. La clef se trouve dans la reconnaissance de notre statut politique, c ?est à dire dans le respect de nos droits fondamentaux et politiques.

- Jusqu ?à quand auront lieu ces actes de protestation ?

La question devrait être posée différemment : jusqu ?à quand mettront-ils des obstacles aux droits les plus fondamentaux et aux droits politiques des prisonniers basques ? Jusqu ?à quand ces messieurs qui ont la bouche pleine de mots comme « démocratie » et « droits » continueront-ils à commettre ces fraudes, ? Lorsque nous avons commencé la campagne, nous avons déclaré la lutte permanente, parce que nous avons suffisamment de raisons d ?en avoir assez ; et nous sommes disposés à aller plus en avant dans la lutte. Si la situation pénitentiaire ne change pas, nous l ?accentuerons.

- Le Collectif est assez fort ?

Ces dernières années, le Collectif mène une dynamique très vive : la réalisation du débat général de 2001, avoir informé la citoyenneté basque des conclusions de ce débat au Vélodrome de Saint Sébastien, avoir mis sur la table un texte lors de la Conférence Internationale qui a eu lieu au printemps dernier au Palais Miramar, avoir réactivé le groupe des porte-parole, avoir défendu le statut politique et en menant la lutte pour ce statut ?le EPPK a fait les pas en avant et est venu se positionner dans le scénario politique basque.

- Comment le Collectif voit-il la situation politique actuelle ?

Nous vivons un moment important, historique même. Et pour en arriver là où nous sommes, les pas qui ont été accomplis par la gauche abertzale n ?ont pas été vains. La possibilité de parvenir à une solution démocratique prend de plus en plus de poids, avec l ?autodétermination comme point de mire, et la consultation populaire comme base. Nous sommes à l ?entrée d ?un nouveau cycle politique : les clefs pour résoudre le conflit sont sur la table et il est temps d ?agir avec responsabilité, sans condamner le Pays basque à 30 années supplémentaire d ?oppression et de lutte, de souffrance. La solution ne viendra pas de la rénovation de la vieille autonomie. Il est temps de laisser de côté les voies sans issue (comme l ?est l ?autonomie), et que le peuple prenne la parole.

- Vous maintenez le dialogue avec les agents politiques, syndicaux et sociaux de l ?extérieur ?

En ce moment, nous sommes en relation directe avec le Forum de Débat National pour la Résolution du Conflit. Pour le moment, les voies de communication ne sont pas directes avec les agents syndicaux, sociaux et politiques, bien que le Collectif laisse les portes ouvertes, en même temps qu ?il a fait connaître ses représentants. Pour autant, nous renouvelons l ?invitation, et invitons spécialement les deux gouvernements à faire le pas pour parler avec ce groupe des porte-parole : pour la France, Daniel et moi-même, et pour l ?Espagne, Anabel et Txikierdi.

- En Alava, Biscaye et Gipuzkoa auront lieu les élections le 17 avril. Qu ?en pensez-vous ?

Il est évident que, une fois de plus, il s ?agira d ?élections anti-démocratiques pour les citoyens.

- Quel a été l ?apport du Collectif dans le Projet de Résolution du Conflit ?

En premier lieu, nous réaffirmons que la France et l ?Espagne portent atteinte aux droits du Pays basque et que, de cette atteinte, né le conflit politique et armé ; qu ?ils nous emprisonnent en tant que citoyens basques qui luttent et travaillent pour le Pays basque ; et que, dans la mesure où nous avons un caractère politique, nous formons le EPPK qui est aussi un instrument pour rendre possible notre participation au processus politique.

En second lieu, nous mettons sur la table le fait que le conflit basque doit avoir une solution démocratique, qui implique que des pas fermes soient accomplis pour la construction nationale et le respect des droits du peuple, avec l ?autodétermination comme clef. Et nous disons aussi qu ?en résolvant la situation des prisonnier(e)s et des exilés politiques, se présenteront de nouvelles possibilités pour la solution du conflit, ce qui se concrétisera par une amnistie.

Et enfin, que nous devons disposer des même droits civils et politiques que tous les citoyens ; et pendant que nous sommes prisonnier(e)s, le statut politique doit nous être reconnu pour que soit possible notre participation et que soient respectés nos droits fondamentaux et politiques.

Traduction en français : SPBL-Paris


Précédent Haut de page Suivant