Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 4 avril 2007

- (nouveau) Parti Communiste Italien


Cinq militants d’extrême gauche menacés d’extradition (Libération)

Mis en examen pour « association de malfaiteurs », trois Italiens et deux Espagnols recomparaissent aujourd’hui.

Le 17 janvier, l’audience s’est terminée en bataille rangée. La présidente du tribunal, qui espérait commencer le procès en dépit de l’absence des avocats, a fini par jeter l’éponge et a appelé la gendarmerie en renfort. Angelo D’Arcangeli, jeune leader maoïste italien, a été sorti manu militari, suivi par une quarantaine de sympathisants. Poursuivis pour « association de malfaiteurs » et « détention et fabrication de faux papiers », cinq militants ­ trois Italiens et deux Espagnols ­ recomparaissent aujourd’hui, tous préoccupés par des menaces respectives d’extradition. Pour l’heure, seul José Antonio Ramon Teijelo, placé sous écrou extraditionnel, est réellement visé par un mandat d’arrêt européen. Il aura 60 ans, jeudi. « Les Espagnols prétendent que mon client aurait été le chef du Grapo [Groupe de résistance antifasciste du premier octobre] entre 1998 et 2002, et qu’il aurait participé à un attentat contre une radio barcelonaise, rapporte son avocat, Me Ambroise Colombani. Or il a été contre la lutte armée, et même viré du parti dont se réclame le Grapo en 1998. » Le 17 janvier, la présidente a rajouté que l’Espagnol était soupçonné de l’enlèvement et de l’assassinat d’un industriel espagnol. Surprise de l’avocat : ces charges ne sont pas mentionnées sur le mandat européen.

Clandestinité. « Ça va faire un an et demi qu’il est détenu pour une affaire de faux papiers, commente Me Colombani. Il faut bien trouver une justification. On a voulu en faire une espèce d’internationale. » L’affaire avait débuté par un tuyau des renseignements généraux, en juin 2003. Filochés et photographiés à Paris, deux premiers Italiens, Giuseppe Maj et Giuseppe Czeppel, sont arrêtés avec de faux papiers et du matériel pour en fabriquer. Relâchés après six mois de détention, ils replongent dans la clandestinité, et sont repris en mai 2005. En octobre, Ramon Teijelo, qui leur prodiguait des conseils logistiques, et sa compagne Manuela, qui avait loué leur planque, sont arrêtés à leur tour. Tous sont mis en examen pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme ».

Gros poisson. Le juge Jean-Louis Bruguière croit tenir un gros poisson en la personne de Giuseppe Maj, 67 ans, leader du Nouveau parti communiste italien (NPCI), déjà poursuivi à six reprises pour « association subversive » depuis la fin des années de plomb, mais jamais condamné. Maj se déclare « étranger à toute activité terroriste ». Il n’a choisi « la clandestinité » qu’à cause de la « persécution des autorités italiennes ». Celles-ci envoient d’ailleurs à Bruguière des commissions rogatoires qui font état d’investigations sur les attentats commis par les Nouvelles brigades rouges, les meurtres de Massimo D’Antona en 1999 et de Marco Biaggi en 2002. Mais rien ne rattache le NPCI aux brigadistes dont il a d’ailleurs condamné la « dérive militariste ». N’empêche, « un groupe franco-italien sur les menaces graves » réunit, en 2004, le juge Bruguière et des magistrats italiens pour mieux cibler le groupe Maj. Sans succès.

En octobre 2006, le juge antiterroriste, Gilbert Thiel, délivre finalement un « non-lieu » pour l’activité terroriste. Mais le dossier français a été intégralement transmis à Bologne. « Les Italiens attendent en coulisses la fin du procès, pour demander l’extradition », assure Me Isabelle Coutant Peyre. Le procès doit durer trois jours.


Précédent Haut de page Suivant