Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 5 mai 2006

- Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)


Bahar Kimyongur ne pouvait pas être extradé au départ de la Belgique vers la Turquie (La Libre Belgique)

Un Belge du DHKP-C arrêté nuitamment aux Pays-Bas

Roland Planchar

Mis en ligne le 02/05/2006

Bahar Kimyongur ne pouvait pas être extradé au départ de la Belgique vers la Turquie.

Le dossier DHKP-C, du nom turc du « Parti et front révolutionnaire » d’extrême gauche « Devrimci Halk Kurtulus Partis-Cephesi », rebondit entre Belgique et Pays-Bas. On a, en effet, appris ce week-end que Bahar Kimyongur a été arrêté dans la nuit de jeudi à vendredi, alors qu’il venait de quitter le territoire belge. Et d’une manière qui interpelle.

Condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles, en même temps que Fehriye Erdal, le 28 février dernier pour appartenance à un groupe terroriste, il a écopé de 4 ans de prison et d’une amende d’environ 2 500 euros (en tant qu’un des responsables du « bureau d’information » du DHKP-C de Bruxelles, parti lui aussi reconnu terroriste). Il est de surcroît sous le coup d’un mandat d’arrêt international émis par la Turquie et signifié le 6 avril dernier aux autorités belges. Qui n’ont, semble-t-il, pas signalé son existence à l’intéressé, comme cela peut se faire dans le cadre des droits de la défense (le mandat relève l’appartenance à un mouvement terroriste, une menace contre l’Etat turc ainsi que, de façon moins claire, des mauvais traitements). Kimyongur, qui estimait en février n’être « qu’un lointain sympathisant du DHKP-C qui essaie de faire connaître la situation en Turquie », est en tout cas né en Belgique (il fut diplômé en histoire de l’art à l’ULB en 1996), est belge et ne peut donc être extradé.

Le hasard seul ?

Sauf que l’opération qui s’est achevée vendredi à 1 heure du matin fait penser, dans la mouvance d’extrême gauche, qu’un genre d’« extradition » a malgré tout été opéré. Selon cette explication, il est, en effet, étonnant que Kimyongur, qui se rendait à une présentation de musique turque le vendredi aux Pays-Bas, ait été suivi sur deux dizaines de kilomètres en Belgique -par la Sûreté de l’Etat avance-t-on dans ce milieu- avant d’être arrêté ensuite en terre batave. L’étonnement vient, à cette aune, de ce qu’il lui fut signalé que le contrôle routier découlait d’un excès de vitesse, par deux agents en civil patrouillant dans un véhicule banalisé, à cette heure tardive.

Ce serait donc en consultant leur fichier central, presque par un hasard de circulation routière, que les Néerlandais auraient découvert que Kimyongur était sous mandat international turc. Et qu’ils l’ont privé de liberté. La justice a examiné dès lundi soir la validité du mandat d’arrêt et l’a confirmé. Mais un délai de 40 jours est nécessaire pour entériner vraiment cette décision.

Toujours est-il que, dessein secret réalisé ou véritable hasard, la Belgique pourrait être débarrassée de facto de cette autre « patate chaude » qu’était pour elle Bahar Kimyongur, comme Fehriye Erdal avant lui. C’est que leur présence à Bruxelles poussait la Turquie à exercer des pressions sur les Belges pour qu’ils les livrent ce qui, réalisé officiellement, aurait pu susciter une levée de boucliers avec la gauche belge pour cible principale.

Une autre conséquence probable est que l’intéressé sera privé de son second procès. Avec quatre autres condamnés de février ainsi qu’avec l’Etat turc (en tant que partie civile), il avait interjeté appel de sa condamnation, le procès débutant en théorie le 8 mai prochain. Or, il paraît a priori peu vraisemblable -on verra ce que la réalité sera- que les Pays-Bas « prêtent » ce Belge aux Belges en espérant le voir revenir chez eux par la suite. Pays-Bas qui, eux, ont moins d’arguments à opposer aux Turcs pour refuser une éventuelle extradition, surtout depuis que la peine de mort n’est plus à l’ordre du jour à Ankara.

Voilà donc que de nouvelles vagues risquent de toucher le monde politique. Lundi déjà, des sympathisants du DHKP-C ont manifesté devant les locaux de l’ambassade des Pays-Bas, à Auderghem. Dans l’espoir d’obtenir que leur ami ou complice -selon l’angle où on voit les choses, puisque le DHKP-C a tué plusieurs fois en Turquie- ne soit pas extradé.

« Il n’a pas commis de fait délictueux », a déclaré lundi Danil Flinker, organisateur de la manifestation.


Précédent Haut de page Suivant