Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 29 mars 2006

- Kurde


Kurdistan Nord. L’armée turque prend le contrôle de la ville de Diyarbakir pour contrer les émeutes.(CIK ,DIHA et AFP)

29 mars 2006

Déclaration du CIK :

Les affrontements entre les manifestants kurdes et les forces militaires turques se poursuivent dans tous les quartiers de Diyarbakir. Les forces de sécurités turques ont attaqué violemment pour disperser les manifestants rassemblés lors des cérémonies d’inhumation de quatre citoyens du Diyarbakir, membres de la guérilla appartenant au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), assassinés par armes chimiques dans la région de Mus.

Malgré les renforts provenant des villes avoisinantes comme celle de Mardin, la révolte civile n’a pu être maîtrisée et pour la première fois, depuis le coup d’état militaire de 1980, l’armée de terre turque occupe depuis ce matin, 29 mars, la capitale du Kurdistan .

Les manifestants ont refusé de se disperser et ont demandé, en brandissant les drapeaux du PKK, que justice soit faite et réclamé une solution politique pour la question kurde. Mais l’intervention sauvage de forces de sécurité turques a transformé la ville en état de siège : plus de 50 civils ont été blessés, de nombreuses personnes ont été arrêtées, les commerces ont gardé les rideaux baissés et les écoles de la ville sont désertées.

Des affrontements identiques se sont produits dans les villes de Adana et de Siirt, lors d’obsèques de combattants de la guérilla.

Le peuple kurde a célébré cette année, par millions, le Newroz, son nouvel an, sans incidents notables, malgré touts les provocations de l’Etat turc. Les organisateurs, les participants, et même les maires élus des grandes villes kurdes ont envoyé aux opinions publiques nationales et internationale un message fort qui se traduit par :

- Le peuple kurde considère le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) comme son représentant légitime.

- Abdullah Öcalan est le représentant du peuple kurde

- la guerre n’est pas une solution et il faut trouver une solution pacifique à la question kurde.

Le gouvernement turc a répondu en lançant une grande opération militaire dans toute la région du Kurdistan, en assassinant, au moyen de gaz toxiques, 14 combattants de la guérilla, dans la région de Mus, en emprisonnant l’ancien président du DEHAP de Hakkari et en mettant en examen les maires des villes de Hakkari et de Batman.

L’intensification de la guerre dans la région ne sert ni les intérêts des peuples kurde et turc, ni, à long terme, les intérêts économiques européens. C’est la raison pour laquelle nous demandons à l’Union Européenne de cesser la vente d’armes au gouvernement turc et nous le prions d’exercer tout son pouvoir pour encourager un dialogue entre la Turquie et représentants du peuple Kurde, dans le but de trouver une solution politique, comme c’est le cas pour l’Irlande et le Pays Basque.

Ce soir, l’agence DIHA annonce qu’un garçon de 12 ans a été tué par balles dans la rue Sakarya du district de Baglar.

Trois morts et 250 blessés au cours d’affrontements à Diyarbakir

(AFP)

Des affrontements entre de jeunes Kurdes et les forces de sécurité à Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie, ont fait trois morts et 250 blessés en deux jours, a-t-on appris mercredi de source officielle.

Environ 200 protestataires ont été arrêtés, a précisé le gouverneur de Diyarbakir, Efkan Ala, dans la soirée devant la presse, alors que le calme revenait.

Deux des victimes ont succombé à l’hôpital à des blessures par balles, selon le maire de Diyarbakir Osman Baydemir. La troisième était un passant qui, fuyant les violences, a été renversé et tués par une voiture, a indiqué M. Ala.

Pour la deuxième journée consécutive, des émeutes avaient opposé mercredi des partisans de la rébellion kurde à la police turque à Diyarbakir, principale ville du sud-est à majorité kurde, selon un journaliste de l’AFP.

Plusieurs centaines d’émeutiers, en majorité des jeunes, ont saccagé des magasins dans plusieurs secteurs de cette ville de quelque 550.000 habitants.

Scandant des slogans en faveur du PKK et à son chef emprisonné Abdullah Öcalan, les manifestants pour la plupart encagoulés et agissant par groupes de 30 à 40 personnes, ont lancé des pierres et des cocktails Molotov sur les forces de sécurité déployées massivement dans la ville.

Ils ont aussi jeté des pierres contre des bâtiments publics lors des incidents qui se sont produits surtout dans le quartier populaire de Baglar.

La police anti-émeutes a répliqué avec des grenades lacrymogènes, des canons à eau et des tirs d’avertissement.

Des renforts ont été envoyés à Diyarbakir depuis cinq provinces voisines, selon les autorités locales. D’autres mesures de sécurité ont été prises avec un possible recours à l’armée. Des chars sont arrivés dans une garnison située aux abords de la ville.

Des incidents similaires se sont produits à Siirt, à une centaine de kilomètres à l’est de Diyarbakir.

Mardi, 42 personnes, dont 36 agents de sécurité, avaient été blessées au cours des premiers incidents, selon le ministre de l’Intérieur Abdülkadir Aksu.

Plus de 2.000 manifestants se sont dans un premier temps violemment heurtés aux policiers après l’enterrement de quatre de quatorze rebelles du PKK tués samedi dans des accrochages avec l’armée. La manifestation s’est transformée en rassemblement de soutien au PKK et à Öcalan.

De nombreux policiers ont été frappés et blessés à l’arme blanche. L’un d’entre eux est grièvement blessé et ses jours sont en danger. Trois journalistes et un soldat figurent parmi les blessés.

Deux succursales de banques ont été saccagées.

De nombreux magasins restaient fermés mercredi dans une atmosphère tendue.


Précédent Haut de page Suivant