Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 5 mars 2006

- (2006) Opération du 9 Février


Barcelone : Lettre de Ruben, incarcéré a Can Brians.

Salut compagnoNEs

Je vous écris depuis le pénal de Can Brians, module 1, et je vous ferai un bref résumé depuis ce maudit 9 février jusqu’a aujourd’hui (15 fevrier)

Tout commence a 8h30 du matin quand un compagnon nous reveille mon amie et moi pour nous informer qu’il semble qu’ils expulsent a l’Ignasi de son squat de Vila de la Clota. On tarde un peu a réagir et puis on se decide a y aller en solidarite avec lui. Nous prenons le petit-dejeuner et nous sortons pour aller a la Clota, quand tout-a-coup, surgis de nulle part, un nombre indeterminé d’agents en civil (mais masqués) de la brigade politico-social des Mossos d’Esquadra s’approchent de nous et me disent que je suis en etat d’arrestation pour terrorisme. Le coup est dur, ils nous fouillent en pleine rue contre le mur. Et a ce moment je perds de vue mon amie. Ils me font monter dans une voiture et me disent que je suis accusé de l’incendie de la banque Banco Sabadell et du CIRE de la rue Gran de Gracia et qu’ils vont entrer dans mon apartement pour le fouiller. Je leur dis que je veux que mon avocat soit présent. Ils me demandent qui est-ce et lorsque je leur réponds les quatre qui sont avec moi se mettent a rire en me disant que ça c’est dans les films que ça se passe ; j’insiste alors pour qu’ils respectent mes “droits”. En fin peu importe. Ils m’emmènent chez moi, menotté avec le visage masqué en m’obligeant à regarder par terre de manière brusque. Dans l’entrée je peux enfin redresser la tête et je me rends compte de l’incroyable dispositif qui a été mis en place ; je compte environ 14 civils puisqu’il y avait trois voitures pleines avec moi et trois fourgons d’anti-émeutes a l’avenue Drassanes.

Quand on entre dans l’appartement je vois 6 Mossos et mon amie, ce qui me tranquilise un peu. Commence alors la fouille où ils embarquent : affiches, livres, fanzines, vêtements, deux ordinateurs et ils n’ont pas emporté les chats parce qu’il n’y avait plus de place. C’est a ce moment que je me suis rendu compte qu’ils ne m’avaient pas appliqué la Loi Antiterroriste, parce que mon amie était présente et en plus elle le demanda. Du a tout ça, personne ne pouvait entrer ou sortir de l’immeuble, il etait entièrement sous contrôle de la brigade. Une fois terminé leur sale boulot ils laissent mon amie dans l’appartement et me font monter dans une voiture et m’emmènent au commissariat de la Zona Franca où ils me fichent et me laissent en cellule. Je réussis à voir un compagnon, qui n’est pas Ignasi et nous discutons de ce qui s’est passé sans vraiment tout comprendre parce que l’ordre d’arrestation était pour Ignasi et moi et finalement ils le relachent rapidement.

La détention au commissariat est pas mal horrible, peu de temps après, vers midi je présume ils me font monter pour parler avec le chef de la brigade et un autre indésirable. Les deux avec un sourir sarcastique sur leur visage de bourreaux me demandent si je veux déclarer. Bien sur je refuse et je reste là assis avec ces deux flics, fumant une cigarette et devant écouter ce genre de questions : c’était qui pour l’Institut Culturel Italien ? Et tout les reste qui s’est passé ?Je ne réponds pas et on reste un moment a se regarder et se hair (au moins de mon coté) jusqu’a ce que je finisse de fumer ma clope et alors hop les menottes et retour a le cellule. Le jour suivant ils nous transfèrent au commissariat de Les Corts, où nous passons deux jours, durant tout ça nous en mangeons que deux sandwichs par jour. Et de la hop au tribunal. Ignasi est placé dans une cellule avec une autre personne, moi, tout seul dans une cellule ou il n’y avait qu’une fenetre avec des barreaux de 40 par 40 et une seconde porte de barreaux. Les heures passent, je ne sais pas combien, et apparait la secrétaire du juge qui m’informe de ce qu’ils ne trouvent pas mon avocat et si on veut on peut declarer avec un avocat d’office. On refuse jusqu’a ce qu’ils le trouvent, mais en fait il préparait un Habeas Corpus parce qu’ils lui avaient dit qu’on passerait devant le juge un dimanche, fait illegal. C’etait donc je suppose un mensonge pour qu’on déclare avec l’avocat d’office. Enfin il arrive et nous allon faire notre déclaration : une pure farce où avec juste quelques indices mais aucunes preuves, le procureur, sans jamais nous regarder en face ni poser aucune question demande pour nous la prison inconditionnelle, sans caution en attente du procès. L’avocat devant cette situation réclame la liberté conditionnelle puisqu’il n’existe pas de risques de fuite ni de faire obstacle à l’enquête puisqu’elle est close. Mais la juge de garde numéro 3 applique la demande du procureur et hop directement dans la cellule de la Modelo. Au moment de nous mettre dans le fourgon y’a un peu de mauvais traitements, ils nous poussent en avant les bras levés puis menottés en arrière dans le fourgon la main sur la bouche quand dehors les compagnoNEs qui nous attendent frappent le fourgon. Ce dernier se dirige a la Modelo comme s’il s’agissait d’un rallye et nous n’arrêtons pas de nous cogner, dans l’impossibilité que nous sommes de nous accrocher. Arrivés a la Modelo nous recevons c’est clair un traitement de prisonniers politiques puisqu’en deux heures ils nous changent deux fois de cellules et nous laissent a peine avoir quelques contacts avec d’autres préventifs. On le remarque quand il s’agit d’aller voir le médecin, l’assistant, l’educateur ou le professeur : on y va seuls quand les autres y vont en groupe. Le jour suivant quand le dossier arrive devant le juge d’instruction 13 non seulement il réaffirme la prison préventive mais en plus rajoute la dispersion. Ils me transfèrent donc a Can Brians où à l’arrivée un maton avec un ton affreusement ironique me dit : “Comme c’est paradoxal la vie, hier on pose des bombes contre le CIRE et aujourd’hui derrière les barreaux”. Je lui réponds qu’il doit respecter la présomption d’innocence et que je n’ai pas été jugé. Il rétorque : “Tu es de ceux qui parlent de la brutalité des matons, alors maintenant tu vas la sentir sur tes propres os”.

Jusqu’a maintenant je n’ai pas tant souffert du chatiment physique comme du moral : ils nous méprisent continuellement, comme si nous n’étions pas des perosnnes et je ne vais pas le nier je ne dors pas bien. Chaque nuit je rêve, enfin je fais des cauchemars avec la détention et je me souviens de vous, compagnoNEs, vous qui êtes dehors, ma famille. Mais ça me donne des forces de savoir que vous continuerez de lutter comme nous le ferons ici dans les oubliettes de l’Etat. Nous savons que ce n’est pas notre place mais dehors avec vous, résistant et allant de l’avant pour la liberté que nous atteindrons en étant fermes et constantEs. En dépassant quelconque barrière que met en place l’Etat, en s’auto-organisant et luttant. Ce sont ni les brigades politico-sociales, ni les tribunaux, ni les prisons qui en finiront avec l’anarchie,parce que s’ils n’ont pas pu jusqu’a présent, ils ne le pourront jamais.

Je veux juste vous demander que vous continuyez, que vous nous apuyez, nous en avons besoin pour en pas tomber. Dans peu de temps, nous savons que nous sortirons. Ils ne peuvent pas nous garder s’ils ont un peu de honte ; que nous sortons dépend de l’application des maudites lois mais aussi de la lutte qui s’organise dehors : protestez, criez et resistez (si vous le voulez).

Depuis le Module 1 du penal de Can Brians

SALUT ET ANARCHIE

Courage et allons-y


Précédent Haut de page Suivant