Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 23 février 2006

- Armée Rouge Japonaise


Japon - La fondatrice de l’Armée Rouge condamnée à 20 ans de prison (AFP)

jeudi 23 février 2006, 11h08

TOKYO (AFP) - Fusako Shigenobu, la fondatrice de l’Armée Rouge japonaise, a été condamnée jeudi à Tokyo à vingt ans de réclusion criminelle pour avoir organisé une prise d’otages à l’ambassade de France aux Pays-Bas en 1974, au nom de la cause palestinienne. Mme Shigenobu, 60 ans, était passible de la prison à perpétuité. A l’énoncé du verdict, la condamnée grisonnante a brandi le poing devant quelques dizaines de sympathisants sexagénaires qui avaient pris place dans la salle d’audience. Lors du procès, en septembre 2005, le ministère public du tribunal de Tokyo avait requis l’emprisonnement à vie contre l’ex-dirigeante de l’Armée Rouge. "Ce verdict n’est pas la fin mais seulement le commencement. La force de la volonté continuera de se propager", a écrit Fusako Shigenobu dans un haïku (poème classique japonais) lu par l’une de ses avocates, Me Kyoko Otani, à l’extérieur du tribunal. Selon l’avocate, l’ancienne terroriste devrait faire appel de la sentence qu’elle a jugée "injuste et téléguidée par les autorités".

Fusako Shigenobu était considérée comme le "cerveau" de l’occupation de l’ambassade de France à La Haye au cours de laquelle deux policiers, dont une femme, avaient été grièvement blessés par balle. Trois terroristes de l’Armée Rouge avaient séquestré pendant une centaine d’heures l’ambassadeur et dix membres de l’ambassade pour exiger la libération de militants du groupe ultra-gauchiste alors détenus en France.

Inculpée pour enlèvements et tentative de meurtres, Fusako Shigenobu, qui n’avait pas participé elle-même à cette opération, avait plaidé non coupable. Les magistrats ont toutefois estimé qu’elle avait organisé l’opération en coordination avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). "Le tribunal reconnaît que l’accusée était une dirigeante et la figure centrale du groupe (terroriste). Toutefois, on ne peut pas dire qu’elle a été le principal membre actif de l’attaque de La Haye", a conclu le juge Hironobu Murakami.

"C’est pourquoi la Cour a jugé que la prison à vie serait une sanction trop sévère et que 20 ans de réclusion étaient la peine appropriée", a-t-il justifié. Les magistrats ont également pris en considération les regrets exprimés "à sa manière" par l’accusée quand elle a reconnu avoir été "obsédée par elle-même". Elle avait été arrêtée en novembre 2000 à Osaka (ouest du Japon) après avoir vécu trente ans au Proche-Orient.

L’Armée Rouge --dont sept militants sont toujours recherchés par les polices internationales-- a été dissoute en 2001 par Mme Shigenobu, et ses sympathisants se sont reconvertis dans un mouvement anti-mondialisation. Convertie au marxisme-léninisme pur et dur, Fusako Shinegobu a dirigé d’une main de fer la faction de l’Armée rouge japonaise qui s’est implantée dans la plaine de la Bekaa, au Liban, pour embrasser la cause palestinienne au début des années 1970. Son groupe était très proche du FPLP de Georges Habbache.

Une autre faction s’installa en Corée du Nord en 1970 après avoir détourné un avion de ligne japonais vers Pyongyang. L’Armée Rouge japonaise se fit connaître mondialement en mai 1972 lorsqu’un de ses commandos attaqua l’aéroport de Lod à Tel-Aviv, un carnage qui fit 26 morts --en majorité des pélerins portoricains et deux terroristes-- et 76 blessés. Tout en exprimant des regrets pour les victimes, Shigenobu a estimé que cette opération, organisée avec le FPLP, avait été "le point d’orgue de la solidarité internationale avec les Palestiniens".

L’opération terroriste de La Haye fut suivie d’une série de détournements et d’attaques à la bombe contre des ambassades. Née de la contestation étudiante en 1969, en pleine Guerre du Vietnam, l’Armée Rouge japonaise prônait la révolution mondiale via la lutte armée. Le groupe, déchiré par de très violentes querelles intestines, a progressivement perdu de sa force et de son influence jusqu’à la fin des années 1980.


Précédent Haut de page Suivant