Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 23 janvier 2006

- Bio-Technologies


France - Compte rendu du procès antibiométrie

Le procès des trois inculpé-e-s s’est déroulé hier à Evry, devant la 10è chambre correctionnelle. Nous vous enverrons bientôt des comptes rendus détaillés d’audience, mais voici un bref résumé. (très bref, car l’audience, après 7 heures d’attente dura 3h30, de 20h30 à minuit)

160 personnes y ont assisté après avoir assisté aux procès de comparution qui ont précédé.

Notons que le proviseur qui avait porté plainte n’était pas là, comme il n’était pas lors de la première audience du 16 décembre, alors qu’il avait insisté le 18 novembre en comparution immédiate en tonnant haut et fort : "Je serai là !"

Désavoué par le rectorat qui n’a pas souhaité le soutenir et lui payer un avocat, il ne s’est même pas fait représenter par un conseil. L’accusation, dans ce contexte était seulement représentée par le procureur de la République. Ainsi, la demande d’indemnités de 20 000 euros du proviseur est rendue nulle et non avenante, car selon la loi, pour demander des dommages et intérêts ou réparations, il faut au moins se déplacer au tribunal ( Sans oublier que la preuve d’achat donné par le proviseur consistait seulement en un devis avec la mention "bon pour essai" et non une facture, ce qui ne permettait pas de justifier de l’achat réel de la machine par le lycée)

ACTE 1 :

Le tribunal a beaucoup insisté sur les détails de la journée du 17 novembre, lors de laquelle 2 bornes biométriques avaient été détruites à la cantine du lycée de Gif-sur-Yvette.

Les juges ont cherché, en vain, les traces d’un groupuscule qui aurait préparé de manière précise cette action.

On les sentait en position de défense, coupant court à toute volonté d’expression des inculpé-e-s au sujet de la biométrie.

La juge principale a tenté de comprendre l’allusion au terme de "sabotage" présent dans le tract distribué ce jour-là, mais les inculpé-e-s ont pris le parti d’expliquer que leur venue n’étant pas focalisée sur ce point, cette question ne les avait pas entravé-e-s dans leur volonté de venir jouer une saynète et d’informer les élèves au sujet de la biométrie.

Les trois inculpé-e-s ont bien expliqué en quoi la responsabilité de la destruction directe ne pouvait leur être imputée, mais à quel point chacun-e restait fortement solidaire envers la destruction.

ACTE 2 :

L’unique témoin des faits, témoin de l’accusation convoqué par la défense, a créé un réel coup de théâtre dans la salle en venant disculper l’un des trois inculpé-e-s, celui qui risquait le plus dans cette affaire en raison de la déposition que ce témoin avait faite en gendarmerie le jour des faits. S’il avait été formel en accusant le prévenu lors de sa déposition, il se trouve qu’entre temps, après discussions auprès de ces collègues, il s’est rendu compte de son erreur et il a déclaré formellement devant le tribunal l’innocence de la personne incriminée. Ce témoin est donc venu rétablir la vérité, en courant le risque de répercussions de sa hiérarchie sur son emploi. De plus, il a courageusement tenu tête au procureur, descendu de son perchoir pour lui murmurer "avez-vous subi des pressions ?"... Le procureur de la République associant certainement résistance au déferlement technologique et pratiques mafieuses. Mais le témoin a bien insisté sur le fait qu’il était venu de son propre chef disculper une personne qui n’avait pas directement détruit la machine biométrique.

ACTE 3 :

La juge n’a pas laissé les témoins de moralité, professeurs, pédopsychiatres, et premier directeur de la CNIL, expliquer en quoi ils légitimaient l’élan des inculpé-e-s contre la biométrie. La juge ne tolérant pas de leur part qu’ils s’écartent d’un discours portant sur la moralité des inculpé-e-s, ils ont du batailler pour faire entendre les méfaits de la biométrie sur les enfants et les pratiques sournoises des industriels(GIXEL) et du gouvernement (OPPIDUM) pour imposer la biométrie dans la vie courante sous couvert de convivialité et de divertissement.

Chacun des témoins a néanmoins brillé par sa façon de réussir à dire ce que la censure du tribunal ne voulait pas entendre.

ACTE 4 :

La plaidoirie du procureur, intéressante par les allusions à sa quasi-bienveillance envers les inculpé-e-s, rappela qu’il était un temps où l’on se battait politiquement avec des bombes à clous, et qu’il existe aujourd’hui des pays où il en va de sa vie de combattre pour la liberté. Ce qui ne l’a pas empêché de traiter les inculpé-e-s de petits bourgeois lâches, capricieux et romantiques. Viles accusations auxquelles les prévenu-e-s ont pu in extremis répondre pour sauver leur dignité.

Le procureur a requis 3 mois avec sursis et 105 heures de TIG.

La plaidoirie de Maître Terrel, avocate de la défense fut aussi longue qu’implacable, montrant la nullité du dossier adverse, tant sur les faits que sur le droit.

Les accusé-e-s ont été attrapé-e-s au hasard d’une foule et ne peuvent être condamné-e-s pour des actes pour lesquels aucune preuve ni aucun témoignage n’ont été apportés lors de l’audience.

Elle aussi plaidé l’état de nécessité, eu égard à l’intérêt supérieur de l’enfant pour montrer que l’intrusion des inculpé-e-s dans l’enceinte du lycée était justifiée, étant donné que le système biométrique était installé illégalement, et qu’il peut avoir de graves répercussions sur la construction psychique et sociale des lycéen-ne-s.

Elle n’a pas hésité à mettre en procès l’ensemble de l’idéologie biométrique, délire scientiste et sécuritaire qui promet une transformation de notre société en un vaste champ d’expérimentation robotique et numérique à l’encontre de nos libertés et de nos désirs les plus élémentaires. Sans compter le pourrissement des liens sociaux de solidarité et de parole que viennent couronner ces technologies.

Elle a demandé la relaxe pure et simple des inculpé-e-s.

La juge a interdit aux inculpé-e-s de faire une ultime déclaration, pour éviter encore une fois que l’on parle de biométrie. Ce droit est pourtant élémentaire (rappelons la déclaration de René Riesel contre les O.G.M.).

Le délibéré durera jusqu’au 17 février, et sera rendu à Evry.

Le combat commence.

Un comité contre la biométrie

sources : contrebiometrie@yahoo.fr


Précédent Haut de page Suivant