Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 9 janvier 2006

- Basque


Euskadi - "D’où est-il parti l’ordre de m’interpeller ?"

Le JPB > Pays Basque

2006-01-07

·Xabier P. Susperregi, arrêté sous un mandat de 1992, a été remis en liberté, l’Espagne ayant avisé que l’affaire était prescrite

"Comment ça va ?" lui a lancé un ami peu avant le début de la conférence de presse. "ça va mieux qu’hier ?" a répondu Xabier Perez Susperregi, le visage détendu. Une fois assis devant les journalistes, le regard du porte-parole du Collectif des exilés politiques basques est plus sévère. En application d’un mandat d’arrêt international émis en 1992, il a été arrêté tôt la veille alors qu’il accompagnait son enfant à l’ikastola. Puis, il a été transféré à Pau pour y être présenté au parquet général. C’est au moment où il devait être écroué qu’un fax adressé par les autorités espagnoles a informé de la prescription des présumés faits reprochés.

"L’attitude de l’Etat français est inqualifiable. On m’a interpellé sur des faits présumés datant des années 80, des faits pour lesquels j’ai déjà été entendu en présence de la juge Levert en 1992 dans le cadre d’une commission rogatoire. À l’époque j’étais incarcéré à La Santé. Pourquoi donc ce mandat d’arrêt international n’avait pas été appliqué ? Et surtout, pourquoi maintenant ?", s’est-il interrogé.

La naïveté de la réponse qui lui a été donnée ne fait que l’exaspérer. "On m’a dit que l’affaire était dans les archives, que quelqu’un était tombé sur le dossiers" a-t-il dit avant de demander : "Pour quelle raison un mandat d’arrêt émis en 1992 est appliqué maintenant par Paris ? D’où est-il parti l’ordre de m’interpeller ?"

Intention politique

Xabier Perez Susperregi a rappelé qu’il habitait "au Labourd depuis des années, de façon publique. Je ne me suis jamais caché". Ce qui le pousse à penser qu’il y a des raisons politiques derrière l’interpellation. "Non pas parce qu’il s’agit de moi, mais parce que Paris a souhaité cibler le Collectif des exilés politiques basques".

Cet Oreretar âgé de 45 ans souligne le fait que la police l’a interpellé alors qu’il accompagnait son enfant à l’ikastola de Bayonne. "En passant, on a voulu faire l’amalgame, on a souhaité criminaliser non seulement les exilés, mais le monde de la langue basque et des ikastolas D’ailleurs, certains quotidiens espagnols n’ont pas tardé à titrer qu’un membre de ETA, en effet on m’a traité de membre de ETA, avait été arrêté alors qu’il emmenait son fils à l’ikastola".

Pour Xabier Perez Susperregi, l’intention politique des autorités françaises est "évidente", tout comme pour Oskar Bizkai, porte-parole d’Askatasuna. "Cet épisode montre bien que Paris ne joue plus le rôle de simple collaborateur mais d’agent actif et autonome du conflit politique basque. L’Etat français semble vouloir être protagoniste tout en refusant de faire partie du problème".

Askatasuna a rappelé que mardi prochain, 10 janvier, la Cour de Pau décidera du sort des jeunes Jon Garmendia et Ekain Rodriguez sur lesquels pèsent deux mandats d’arrêt européens. "Alors que l’idée d’un processus de résolution démocratique du conflit basque semble enfin avancer en Pays Basque et ailleurs, on peut se demander quelle attitude prendra désormais l’Etat français sur la question".

"Un obstacle à la résolution du conflit"

L’application de ce mandat d’arrêt international relève d’une convention adoptée en 2004 qui est entrée vigueur en 2005, selon Askatasuna."Par la nouvelle procédure, les délais deviennent très courts, et on peut extrader n’importe qui en à peine une semaine. Par ailleurs, selon cette nouvelle procédure, la question de la prescription des délits est basée non pas sur le code pénal des Etats où la personne visée par le mandat est retenue, mais par le code de l’Etat ayant émis la demande d’extradition".

Selon le Collectif des exilés, c’est la première fois que cette nouvelle procédure est appliquée à un citoyen basque en liberté, mais les autorités françaises "ont déjà essayé de l’appliquer à un prisonnier basque".

En représentation du mouvement pro-amnistie, Lorea Zeziaga a souligné le fait que Xabier Perez Susperregi est "l’un des porte-parole du Collectif des exilés" et que dans ce sens Paris semble avoir voulu mettre "un obstacle à la résolution démocratique du conflit". Lorea Zeziaga a rappelé que les exilés confirment leur engagement avec la proposition de résolution du conflit présentée le 14 novembre à Anoeta et a souligné qu’ils continueront à défendre sur le territoire de l’Etat français leur droit au travail, leur droit à la sécurité sociale, leur droit à vivre en Pays Basque et leur droit à participer au processus de résolution du conflit.


Précédent Haut de page Suivant