Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 19 novembre 2005

- Répression

- Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)


La Turquie, le terrorisme d’Etat et l’UE

La Turquie, le terrorisme d’Etat et l’UE

A ce jour, nous avons publié bon nombre de communiqués concernant les violations des droits de l’homme et la lutte légitime et démocratique des peuples de Turquie tout en invitant l’opinion publique internationale à dénoncer les crimes du régime fasciste qui sévit dans notre pays. Concernant l’intégration de la Turquie à l’UE que nous entendons par une importation du fascisme en Europe, nous considérons que les peuples de Turquie n’y ont rien à gagner. En revanche, nous nous inquiétons de la banalisation du régime turc par l’UE qui ne fera qu’aggraver la situation des travailleurs tant européens que turcs. Notre opposition à l’adhésion de la Turquie est donc, en même temps, un acte de solidarité en faveur des travailleurs européns menacés d’une plus grande répression inspirée par le régime d’Ankara. De même que nous nous opposons à l’OTAN qui est un appareil militaire hostile aux peuples, de même nous dénonçons l’intégration de la Turquie comme une entreprise patronale qui va entraîner un pillage accru de nos ressources et une ingérence totale de notre existence. Certes, la tendance économique, politique et sociale de l’Europe actuelle suscite une adaptation non pas de la Turquie à l’Europe mais bien le contraire. Il suffit de voir les restrictions apportées en matière de droits et de libertés à la suite des attentats du 11 septembre et la militarisation accrue des Etats européens pour le comprendre. L’agenda 2010 qui prévoit une diminution considérable des droits politiques et sociaux est une autre illustration de ce nivellement par le bas. Dans ce contexte de montée de la réaction, la démocratisation de la Turquie se révèle être un leurre annonçant une phase plus dure pour les peuples européens. Malgré tout, nous continuerons de le dénoncer avec énergie. En effet, en matière de terrorisme d’Etat, en Turquie, il n’y a vraiment rien de nouveau. Il suffit de parcourir les événements de la semaine dernière en un clin d’oeil pour se rendre compte de l’ampleur du terrorisme d’Etat qui règne en Turquie : Ainsi, le 2 novembre dernier, un groupe de membres de l’assocation des familles de détenus TAYAD a été lynché par des fascistes après s’être rendu à un cimetière situé à Rize (Mer Noire) pour visiter la sépulture de deux soeurs, Canan et Zehra toutes deux décédées dans les grèves de la faim de solidarité menées contre les cellules d’isolement des prisons de type F. Cette tentative de lynchage avait clairement été orchestrée par la police de Rize. Des suites de la tentative de lynchage, le maire AKP de Rize Halil Bakirci et un parlementaire lui aussi AKP de Rize Abdülkadir Kart ont revendiqué ce lynchage tout en appelant les membres de TAYAD au meurtre. Ces séances de lapidations collectives avaient commencé en avril dernier et à en entendre les réactions de la police et des politiciens proches du pouvoir, tout porte à croire que’elles vont se répéter. Toujours, le 2 novembre 2005, en raison de la nouvelle réforme judicaire, un avocat dénommé Behiç Asçi a perdu le droit de plaider. Motif invoqué, la nouvelle loi qui prévoit que‘les avocats mis en examen dans des affaires politiques sont défendus de suivre des dossiers du même accabit”. Le 7 novembre 2005, des étudiants qui manifestaient contre le Haut Conseil de l’Education (YÖK), une structure anti-démocratique de contrôle des universités instaurée par l’armée des suites du coup d’Etat du 12 septembre 1980 ont été brutalement agressés par la police alors qu’ils s’appréatient à donner une conférence de presse. Alors qu’il s’agit d’une activité tout à fait légale, les forces de l’Etat ont déclaré la conférence de presse illicite avant d’attaquer plusieurs centaines d’étudiants. Quarante neuf étudiants ont été arrêté et incarcérés. On dénombre en outre, de nombreux blessés. Au début de sa charge, la police a d’abord lancé du gaz au poivre. Le nombre de bombes lacrymogènes lancées était tel que leur effet s’est ressenti dans un rayon de plus d’un kilomètre. Le 9 novembre 2005 : durant ces derniers quinze jours, pas moins de 15 attaques à la bombe ont été perpétrées dans des villes ou districts kurdes. La dernière attaque date de mercredi dernier et à visé une librairie située à Semdinli, dans la province de Hakkari. Cette attaque menée en plein jour a coûté la vie à une personne. Les témoins de l’attaque se sont mis à poursuivre l’artificier qui tentait de s’enfuir à bord d’une voiture occupée par deux autres personnes. Finalement, la foule intercepta les trois assaillants et les remis à la police. La population en colère découvrit dans le véhicule des agresseurs trois kalachnikov, plusieurs grenades, des croquis et une liste de personnes à abattre avec certaines photos de personnes tuées barrées d’une croix dont celle du libraire visé par l’attaque. La foule a également découvert les pièces d’identité des agresseurs qui sont pour le moins surprenantes : les trois agresseurs étaient en effet des militaires membres du service d’intelligence de la gendarmerie (JITEM). Malgré l’existence de témoins et la nature criminelle des documents saisis, la police a relaché les trois agents le jour même. Qui plus est, la police a lancé les panzers sur une population descendue massivement dans la rue pour protester contre ces crimes occultes de l’Etat. Munies de bombes lacrymogènes et tirant à balles rélles, la police abattit deux manifestants. Mais le scandale ne s’arrête pas là : des policiers débordés par l’ire populaire téléphonent en catastrophe à un chef du parti de droite Mehmet Agar, tristement célèbre par son palmarès terroriste et éclaboussé par une série d’affaires criminelles. Mehmet Agar s’est livré à d’innombrables activités secrètes faites d’attentats politiques (“1000 opérations” selon ses propres dires) et d’autant de crimes maffieux, alors qu’il était chef de la police. Ce serait lui qui aurait permis la relaxation des trois gendarmes terroristes après un entretien téléphonique avec le ministre de l’intérieur Abdülkadir Aksu. Le 3 novembre 1996, un véhicule blindé à bord duquel se trouvent un parlementaire, un chef de la police et un maffieux fasciste du parti des “Loups Gris” (MHP) ‘en cavale’ percute un camion dans la petite ville de Susurluk. Dans cette affaire baptisée “le scandale Susurluk” qui révèla l’existence d’une contre-guérilla criminelle agissant au sommet de l’Etat, Mehmet Agar apparut comme l’un des protagonistes. En plus d’avoir participé à des massacres à caractère politique, il fut cité dans plusieurs dossiers de trafics d’héroïne en France et en Italie. A travers les événements de Semdinli, c’est à nouveau le triangle “politiciens-mafia-police” qui refait surface. On peut dire que l’axe Susurluk-Semdinli est une sorte de miroir qui reflète le caractère fasciste de l’Etat turc. L’attaque terroriste de Semdinli n’est certes pas un cas isolé. C’est l’irremplaçable modus operandi de l’Etat turc. Encore une fois, nous le répétons : l’adhésion de l’Etat turc à l’UE est une forme de soutien de l’UE à un régime fasciste. Nous appelons tous les citoyens européens à faire pression sur leurs gouvernements afin que ces derniers rompent leurs relations avec le régime d’Ankara.

11 novembre 2005

DHKC International


Précédent Haut de page Suivant