Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 11 novembre 2005

- Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)

- Contre les type F (Turquie)


La barbarie fasciste a attaqué cette fois un cortège funèbre

Front pour les droits et les libertés Communiqué n° 75 Le 6 novembre 2005

“Si j’avais su que c’étaient eux, moi aussi je les aurais battu. La prochaine fois, cela ne se passera pas comme ça. Ils ne s’en sortiront pas à si bon compte.” Halil Bakirci, maire AKP de la ville de Rize

“Ils ont eu une bonne leçon. Ils n’oseront plus revenir.” Abdülkadir Kart, parlementaire AKP de la ville de Rize

“C’est le groupe de TAYAD qui a excité les gens... Ce sont eux qui ont énervé nos citoyens.” Enver Salhiolgu, gouverneur de la ville de Rize

“On va vers la provocation. Vous allez finir en bouillie” Les policiers de la direction de la Sûreté de la ville de Rize

Voici le discours de ceux qui dirigent la Turquie !

Un gouverneur, un maire, la police, un député... Pour ceux qui pourraient s’interroger sur les raisons des lynchages qui ont visé des membres de TAYAD la semaine dernière dans la ville de Rize, les propos publiés ci-dessus sont plutôt explicites. Qui sont donc les fauteurs de lynchages, les provocateurs et leurs protecteurs ? Le discours des autorités se passe de tout commentaire !

Le citations qui introduisent ce communiqué ont été prononcées le 2 novembre dernier suite à une agression massive orchestrée par les autorités et qui visait des membres de l’association des familles des détenus politiques TAYAD dans la ville septentrionale de Rize qui se rendaient à un cimetière de la région pour rendre hommage à deux sœurs décédées en 2001, des suites de leur grève de la faim contre les prisons de type F. Ces déclarations qui émanent de dirigeants d’une province voire même de tout un pays ne sont certainement pas anodines.

Nous demandons aux dirigeants de ce pays et aux courtisans de cet Etat : Gouverneur, police, magistrature, maire, député... et gouvernement AKP : Tous cautionnent ces pratiques et protège les assaillants. Pas un seul des centaines d’agresseurs n’est arrêté. Mais qu’est-ce donc pour une justice ? Quelle est donc la loi que cet Etat applique ? Même d’après le Code pénal turc, on a là à faire à des coups et blessures, à de la violence et de la contrainte, à des menaces, à des violations de droits démocratiques élémentaires, il y a rébellion face aux forces de l’ordre, il y a des blessés, il y a des actes de vandalisme et des véhicules réduits à l’état d’épaves... Pourtant, pas un seul des agresseurs n’est arrêté. Qui plus est, le procureur de Rize déclare en pointant les victimes des lynchages comme ce fut le cas durant d’autres attaques de ce type : “puisque nos citoyens ont été provoqués, il faut qu’une enquête soit menée contre les auteurs”.

Aux dirigeants de ce pays et à leurs courtisans ; nous demandons :

Où se trouve le droit dans de pareils propos ?

Répondez : Est-ce la population elle-même qui doit se charger de sa propre sécurité ?

Voyez le tableau : vous n’avez ni le droit de visiter un cimetière, ni celui de faire une conférence de presse car au même moment, une horde de barbares vous traque pour vous lyncher. Et puis, vous découvrez que derrière eux se cachent la police, le maire, le gouverneur et un parlementaire. Dès lors, nous nous permettons de demander à tous les décideurs politiques de ce pays, à tous ceux qui prônent des droits et la démocratie pour tous : Comment allez-vous assurer la sécurité de ceux qui usent de leurs droits démocratiques ? Nous devons-nous pas prendre nos propres mesures de sécurité ? Nous demandons : dans un système où les agresseurs sont protégés et les victimes poursuivies, à qui devra s’adresser le peuple pour que justice soit faite ?

Le lynchage est la culture des dirigeants de ce pays En réalité, ce qui s’est passé à Rize ne doit étonner personne. Car la culture du lynchage ne fait pas partie de la culture d’une poignée de rustres mais bien des dirigeants de ce pays. Les lynchages ont commencé à Trabzon en avril dernier et n’ont plus cessé depuis. Dès le début de cette chaîne de lynchages, nous avions démontré qu’ils n’étaient pas indépendants de l’AKP et des forces de l’Etat. Car il est plus que curieux que malgré ses dizaines de réseaux de renseignements, l’Etat ne serait pas parvenu à empêcher un seul lynchage. Pire, il a encouragé la concentration des agresseurs et les a lui-même galvanisé. Dans ce pays, les actes de lynchages ne sont certainement pas un phénomène nouveau. Depuis le pogrome des 6 et 7 septembre 1955 (qui a visé les minorités grecques et arméniennes d’Istanbul et d’Anatolie) à nos jours, toutes les provocations ont été organisées par l’Etat. C’est cette mentalité du lynchage qui a embrigadé ces meutes de barbares à pratiquer le lynchage.

Peut-il y avoir quelque chose de bon dans la cervelle de ceux qui dirigent notre pays ? Lorsque des bambins sont tabassés comme on a pu le voir en direct il y a quelques jours dans le foyer pour enfants à Malatya, tout le monde s’étonne et puis, on annonce que des mesures vont être prises. Mais de quelles mesures s’agit-il donc ! Les tabassages, la torture et les lynchages ont toujours été constitué le modus operandi fondamental de l’oligarchie. Un jour, les matraques et les gourdins s’abattent sur la tête des étudiants, un autre jour, sur celle des employés, un autre jour, sur celle des orphelins, un autre jour encore, sur celles des membres de TAYAD etc. Lorsqu’une nation est régie par une justice, une éducation, une culture et des institutions sociales bâties sur la terreur, on ne peut pas s’attendre à mieux. Il ne sert donc à rien de rechercher de l’humanité dans les discours ou les agissements de cet Etat. Il ne faut pas croire que le maire AKP de la ville de Rize Halil Bakirci est une exception. Il est en effet un “AKP” du meilleur pedigree. Entre 1994 et 2004, il a été membre du parlement municipal de Beyoglu puis de celui de Kadiköy (à Istanbul). Il a été président du club de football Kasimpasa Spor, le fameux club du premier ministre Tayyip Erdogan. Pour Tayyip Erdogan, il est plus qu’un payse. Ces discours immondes cautionnant les lynchages sont une copie parfaite des discours “Kasimpasa” proférés par Tayyip (Kasimpasa est un quartier déshérité et mal famé d’Istanbul dont Tayyip est issu. Par ailleurs, originellement, Tayyip provient de la ville de Rize. Le style “Kasimpasa” désigne une attitude et un discours irrévérencieux. )

Ceux qui stigmatisent le peuple se prosternent devant la compagnie Ofer ! Les brutes qui se pavanent devant les caméras pour faire leur shows bidon sont bien silencieux face aux entreprises qui pillent le pays. De même, face aux réprimandes de leurs seigneurs, ils s’écrasent honteusement et se répandent en flagorneries. “Les gens de la Mer Noire sont fidèles au drapeau et au Coran” disait le maire de Rize au lendemain du lynchage des membres de TAYAD. Or, ce n’est que de la pure démagogie car les membres de TAYAD n’on fait que visiter un cimetière et fleurir les tombes de deux sœurs. Donc, rien à voir avec un quelconque irrespect “envers la nation, le drapeau ou le Coran”. Et vous, les lyncheurs minables ! Allez-vous continuer à vous laisser faire par une bande de crapules qui vous gouvernent et vous mènent par le bout du nez ? Ne savez-vous pas que les ennemis de la “nation, du drapeau et du Coran” sont les monopoles impérialistes, les USA et leurs collaborateurs. Est-ce l’association TAYAD qui profane le Coran à Guantanamo, qui a ligoté et couvert la tête des soldats turcs d’un sac à Soulaymanieh, qui pille les ressources de notre pays, qui condamne le peuple au chômage, qui matraque les ouvriers et les employés dans la rue, qui interdit le port du voile, qui torture les enfants dans les internats et les orphelinats, qui vend nos ports maritimes à la compagnie israélienne des armateurs des frères Ofer ? Les auteurs de ces actes sont bien connus : les Etats-Unis d’Amérique, l’Union européenne et leurs collabos qui dirigent notre pays, c’est-à-dire l’AKP en tête.

Ouvrez vos yeux ! Reconnaissez les lyncheurs ! Les campagnes de lynchages visant les manifestants pacifiques durent depuis exactement sept mois. De Trabzon à Sakarya, de Eskisehir à Bozüyük, de Kayseri à Rize... Les agressions sont applaudies par le pouvoir, l’état-major, la police et la magistrature. Camoufler leur rôle dans les lynchages revient à se faire complice de leurs crimes. Lorsque le gouverneur déclara que “la police était parvenue à empêcher que les événements dégénèrent”, la presse a déclaré à l’unissons que les membres de TAYAD avaient été “sauvés par la police” : Peu avant le lynchage, la police a barré la route de cinq membres de TAYAD en leur disant : “Il va y avoir de la provocation. On va vous réduir en bouillie...” Malgré les menaces, les membres de TAYAD se rendent au cimetière et fleurissent la tombe des deux sœurs défuntes et puis, retournent vers leurs véhicules silencieusement pour retourner chez eux. Leur convoi sera arrêté exactement huit fois sur leur chemin du retour, non pas par des lyncheurs mais par la police. Sans la moindre raison, la police tente d’arrêter les membres de TAYAD. Les membres de TAYAD refusent. C’est la que la police fait appel aux lapidateurs. A chaque arrêt forcé par la police, les lyncheurs sont au rendez-vous et attaquent les membres de TAYAD. En bref, comme le dit l’association TAYAD dans son communiqué qui suivit le lynchage de Trabzon : « les provocateurs et les show men qui ont déclaré avoir sauvé les lynchés sont les mêmes : la police ». Telle est la réalité des faits. Deuxièmement : le gouverneur de Rize prétend que les membres de TAYAD voulaient “faire une conférence de presse” et “déployer un calicot” comme si ces raisons justifiaient le recours au lynchage. Du maire de Rize aux membres du gouvernement, ils se réfèrent tous à ce prétexte. Comme si faire une conférence de presse ou déployer un calicot eussent été des actes illégaux. Pourtant, cela n’a jamais été l’intention de TAYAD. Au programme de l’association des familles de détenus, il y avait simplement la visite des tombes des deux sœurs décédées au cours de la grève de la faim contre la torture de l’isolement. Troisièmement, la presse et le gouvernement laissent entendre que les lyncheurs sont “le peuple” alors qu’il s’agit de meutes réactionnaires encadrées par la police, le parti fasciste d’action nationaliste MHP (le parti des “loups gris”) et le parti AKP. En tous cas, la responsabilité politique de l’agression appartient à l’AKP. Il n’est aucunement question de réactions spontanées mais bien d’une provocation étudiée.

Aucun peuple, aucune nation ne méritent d’être gangrénés par la culture du lynchage ! Nous attendons : Y aura-t-il l’un ou l’autre agresseur qui sera arrêté et mis en examen ? Y aura-t-il une enquête ouverte contre le maire et les parlementaires AKP qui ont appelé à multiplier ce genre d’attaques ? Nous verrons bien qui approuvera ces attaques et qui les condamnera ? Mais comme nous connaissons l’histoire de la Turquie, l’AKP et l’Etat qui sévit dans notre pays, nous pouvons dès à présent prédire qu’ils recommenceront. Dans un pays dirigé avec une telle mentalité, il ne peut y avoir ni de justice, ni de respect du droit. Si nous ne voulons pas une justice de papier, nous devons refuser de vivre sous un régime pareil.

Haklar ve Özgürlükler Cephesi Front pour les droits et les libertés HÖC


Précédent Haut de page Suivant