Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article

Interview d’Angelo D’Arcangeli sur France Inter (5 février 2006)

Radio France Inter, émission « Cosmopolitaine », dimanche 5 février 2006

Présentation du programme de l’émission :

Journaliste : Caroline Ostermann se lance sur les traces d’un fugitif, Angelo D’Arcangeli. C’est un jeune italien que la justice française accuse à tort, selon l’avocat et son intéressé, d’activisme dans un groupe politique proche des Brigades Rouges

Reportage :

Angelo : J’ai commencé mon activité politique à l’âge de 14 ans, parce qu’à l’âge de 14 ans, je suis allé à Padova, une ville d’Italie, à jouer au football (je suis d’origine de Rome) et là-bas, j’ai rencontré la politique. Et après, à l’âge de 17 ans-18 ans j’ai commencé à m’engager pour la construction d’un nouveau Parti Communiste Italien.

Journaliste : Lui, c’est Angelo D’Arcangeli, et c’est Caroline Ostermann qui l’a rencontré pour vous. Alors, elle ne pourra pas vous présenter son reportage, pour des raisons familiales elle ne peut pas être à l’antenne, des raisons familiales heureuses, je précise. C’est moi donc qui vais lire tout bêtement le papier qu’elle m’a laissé. Ca commence comme ça : Angelo D’Arcangeli, je vous traduis ça veut dire « Ange D’Arcange », hein, faut s’appeler comme ça quand même... Angelo D’Arcangeli, un jeune Italien de 21 ans a été arrêté le 19 juillet dernier à Paris par la Division Nationale Anti-terroriste. Il est soupsonné par le juge Thiel de faire partie d’un groupe terroriste proche des Brigades Rouges italiennes. En fait, les policiers n’ont rien trouvé d’illégal au domincile du jeune homme, ni armes, ni plans meurtriers. Il demeure cependant, après quatre mois d’incarcération, sous contrôle judiciaire. Ca veut dire qu’il a été remis en liberté. Mais que reproche la justice française à ce militant d’extrême-gauche ? Elle lui reproche d’avoir aidé en France deux membres du (nouveau)Parti communiste Italien, lequels ont été accusés d’avoir participé à des attentats meurtriers. Or, la justice italienne les a blanchi, mais ils restent la cible des autorités. C’est pourquoi ils sont venus chez nous, clandestinement, munis de faux-papiers. Angelo D’Arcangeli et ses amis s’estiment victimes de persécutions de la part des autorités françaises et italiennes. Ils se demandent, et ils s’interrogent, ils se demandent en somme si la France ne collaborerait pas avec Berlusconi, lequel profiterait des lois anti-terroristes pour réprimer toute opposition politique. C’est une grave question, que Caroline Ostermann tente de résoudre comme elle peut, avec l’intéressé, Angelo D’Arcangeli, sa femme, et son avocat.

Angelo : Mon arrestation a été faite le 19 juillet 2005, par la Division Nationale Anti-terroriste. Je me trouvais à la maison d’une amie, ils sont arrivés à six heures du matin, ils ont cassé la porte, ils m’ont menotté, et j’étais par terre. La première chose qu’ils m’ont dite, ils m’ont mis le flingue sur la tête et ils ont crié : objectif trouvé !

Elise : Alors moi je suis Elise, une amie d’Angelo. Je n’ai pas assisté à son arrestation, puisque je suis partie donc à six heures moins dix, dix minutes avant l’arrivée des policiers, j’en ai été informée par mes colocataires. Ils étaient six je crois, certains portaient des armes, d’autres des gilets pare-balles, des lampes-torches à la main, ils ont fouillé tout l’appartement, en criant : Police ! Police ! Il est où Angelo, il est où Angelo ? Ils ont menotté tout le monde et ils ont fait une perquisition avec Angelo, et Angelo est parti avec eux.

Henri de Beauregard (avocat) : Globalement, ce qui lui est reproché, c’est d’avoir été proche de deux figures de l’extrême-gauche italienne qui vivaient en France dans une forme de clandestinité. J’espère que ce n’est pas ça qu’on lui reproche aujourd’hui sous l’appellation fourre-tout et dont chacun sait qu’elle est fourre-tout et c’est en ça qu’elle est dangereuse, d’association de malfaiteurs en vue de commettre des actes de terrorisme. En réalité, je crois que la procédure dont il est l’objet est la conséquence de son attachement à l’une ou l’autre des figures historiques de l’extrême-gauche italienne, mais je suis toujours un peu confus et un peu consterné de voir et d’avoir la sensation que la France, et la justice française, s’associent à une forme de cabale judiciaire d’abord contre ces dites figures historiques, et plus encore contre ce jeune garçon de 21 ans, qui n’a rien fait d’autre que d’être proche et d’être un peu admiratif à l’égard de ceux qui pourraient être ses grands-pères, qui ont une soixantaine d’années et qui font preuve d’un idéalisme politique communiste ancienne mode, dont chacun peut penser ce qu’il veut.

Journaliste 1 : Donc, on vous a arrêté, ici en France, le motif exact c’était...

Angelo : association de malfaiteurs avec finalité de terrorisme. Et pour ce motif j’ai passé quatre mois de prison à Fresnes, dans une situation de total isolement de l’extérieur. Par exemple, le juge a bloqué tout le courrier, et j’ai eu la possibilité de parler avec mon avocat seulement à la fin de la garde à vue. Ma cellule était perquisitionnée une fois par semaine. Dans la promenade, toutes les choses que je disais étaient enregistrées. L’objectif était de me faire pression, pour me faire, je ne sais pas, balancer quelqu’un et en même temps pour me faire abandonner l’activité politique.

Elise : cette arrestation, et ces quatre mois de détention qu’Angelo a fait, quatre mois c’est énorme, et c’est pas encore fini, il est pas encore totalement libéré, il est sous astreinte judiciaire, ça me paraît complètement absurde, et complètement déplacé par rapport à ce qu’il a fait, puisque son crime étant d’être un militant politique, proche d’une organisation qui est certes clandestine, mais pas du tout illégale, et certainement pas terroriste au sens de semer et répandre la terreur... C’est une organisation qui est très théorique, très idéologique. C’est à dire que ce sont des intellectuels, qui produisent des textes et qui les rendent publics, à des fins de propagande, tout simplement pour se faire connaître et pour faire connaître leurs idées. Et dans tous les textes il y a cette idéologie marxiste-léniniste qui est développée, de construire le parti, etc. Il était conscient des risques qu’il prenait en venant en France. Il a quitté... Il a quitté sa famille, son pays, pour s’engager totalement, dans une nouvelle vie intellectuelle à l’université, et dans cette... pour se rapprocher de cette organisation, et c’est vraiment beau. Parce que c’est de plus en plus rare. Après, ce n’est pas un secret que je suis en désaccord idéologique profond avec eux et avec lui, mais après je respecte vraiment cette détermination qu’il a, et cette énergie qu’il met dans son idée de changer le monde, et de révolutionner le monde.

Journaliste 1 : Quelles sont les idées que vous défendez, précisement ? Donc vous parlez effectivement de nouveau parti communiste, mais quel est votre programme, concrètement ?

Angelo : Notre programme est d’instaurer le socialisme en Italie. Il est donc nécessaire aussi une révolution armée, nous sommes sûrs de ça.

Journaliste 1 : Vous êtes pour la révolution armée ?

Angelo : Pour la révolution armée, bien sûr. Donc nous travaillons pour préparer cette chose. La différence entre nous et les Brigades Rouges est que les Brigades Rouges pensent qu’il est possible de faire la révolution avec des petits groupes qui font des actions armées. Nous pensons qu’il n’est pas possible de faire la révolution comme ça, nous pensons qu’il est nécessaire que la révolution armée doit être de masse. Nous sommes pour la dictature du prolétariat. Nous sommes maoïstes. Pour moi, c’est une victoire sociale, une victoire que moi aussi, comme toutes les personnes, j’ai besoin. Parce que continuer à vivre dans une société comme ça, ce n’est pas possible, en pratique. Pour moi, pour un jeune de 21 ans, penser à un futur, penser de faire une famille, penser d’avoir un travail, tout ça, c’est toujours plus difficile. Pour nous, l’unique société meilleure c’est le socialisme.

Journaliste 1 : S’il y a procès, il se fera où, en France ou en Italie ?

Angelo : En France. Mais en effet, la chose intéressante, c’est que l’Italie n’a jamais demandé l’extradition pour les militants du (nouveau)Parti Communiste Italien ou pour moi. Elle n’a jamais demandé l’extradition. Cela démontre aussi qu’il n’existe pas des éléments concrets qui démontrent des actions terroristes.

Journaliste 1 : Comment expliquez-vous que votre engagement politique dérange tellement le parti de Berlusconi ?

Angelo : Alors, en Italie, oui, se développe une persécution très forte contre tous les mouvements d’extrême-gauche mais aussi les mouvements des étudiants et le mouvement syndical. Avec Berlusconi cette répression s’est développée beaucoup. Presque toutes les organisations d’extrême-gauche se trouvent dans une enquête pour terrorisme. Maintenant, avec Berlusconi, mais aussi avec Sarkozy en France se développe un mécanisme qui va réprimer l’intention, le projet politique, l’idée, pas l’action.

Elise : Vous avez vu le film « Minority Report » ? C’est ça, c’est juger les intentions de commettre des crimes, j’appelle pas... Non, c’est pas du terrorisme. L’explication à trouver à cet acharnement de la justice française contre lui, peut-être qu’il y a là une volonté cette fois-ci politique de la France de prendre la révolte à la source, pour plus tard élever des moutons bien disciplinés. Et peut-être que ce qui gêne aussi chez Angelo, c’est le fait qu’il soit si jeune, si déterminé, si fougueux. La France, depuis 68, Mai 68, elle a un peu peur de ses étudiants, de ce qui peut constituer le début d’une révolte de la jeunesse. Peut-être qu’elle est particulièrement attentive à sa jeunesse et à ne pas répéter un scénario catastrophe.

Elise : Angelo a cet engagement total et complet que l’on retrouve que dans les romans, dans les personnages romantiques, et romanesques. Je le vois de l’extérieur, et c’est ce que ça m’évoque. Mais sinon, son engagement est concret, réel et déterminé, réfléchi, et admirable aussi pour ça.

Fin du reportage


Précédent Haut de page Suivant