Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article

Synthèse du procès contre les présuméEs membres des RZ (2002)

Extrait de Cette Semaine #84, fév/mars 2002, pp.34-35 (http://cettesemaine.free.fr/cs84RZ.html)

Le procès des personnes accusées d’avoir appartenu aux RZ et commis des attentats repose essentiellement sur les déclarations d’un repenti, l’un des enjeux de la défense consiste à démontrer non seulement qu’il ment mais aussi qu’il ne s’est pas contenté de balancer des gens pour sauver sa peau mais qu’il avait bien auparavant décidé de vendre des infos aux flics pour résoudre ses problèmes de thunes. C’est pourquoi la première partie concernant le repenti en question, Tarek Mousli, se trouve jusqu’à présent au centre des débats au tribunal et est à prendre au conditionnel.

Si l’on veut reconstituer la chronologie des événements qui mènent à ce procès, tout commence officiellement le 4 juillet 1987 par le vol à Salzhemmendorf de plus de 100 kg de l’explosif industriel Galomon 40. La plus grande partie de ces explosifs n’a toujours pas été retrouvée jusqu’à présent, mais dans la nuit du 27 au 28 mars 1995 une partie de ces explosifs, soient 24 bâtons, aurait été volée, selon les dires d’un des voleurs en personne (sic), dans la cave de Tarek Mousli, un membre du milieu autonome berlinois depuis longtemps. Par ailleurs, le voleur en question aurait également pris soin de remettre un ou des exemplaires de ces explosifs à la police berlinoise.

Le BKA 1 affirme n’avoir eu connaissance de cette réapparition "magique" que deux ans plus tard, en novembre 1997. Pourtant le lien avait été fait avec le type d’explosifs fréquemment utilisés par les RZ.

Le 11 mars 1998, le Procureur de la République lance une instruction pour ce vol datant de trois ans auparavant. Le lendemain, la cave de Tarek Mousli est perquisitionnée et on y trouve, bien entendu, des traces d’un dépôt d’explosifs.

Le 13 octobre 1998, une enquête est ouverte contre Mousli pour soutien à une association terroriste ; son téléphone est mis sur écoute pendant sept mois et le 14 avril 1999 c’est son domicile qui est perquisitionné. Lui-même est arrêté puis relâché après son interrogatoire, pour être à nouveau arrêté un mois plus tard. Le 16 juin 1999, Mousli déclare avoir entreposé des explosifs dans sa cave et il est libéré le 7 juillet, juste après avoir réitéré ses déclarations face au juge.

Le 24 août 1999 : sur les indications de Mousli, la police découvre dans une fosse à eau le reste des explosifs de la cave. Ayant découvert le vol, il aurait décidé de les y cacher. Mais il n’en reste à présent plus de trace car la police affirme les avoir fait exploser.

Toujours est-il que le 23 novembre 1999, Tarek Mousli est remis en garde à vue, mais pour de nouveaux motifs : il est accusé d’être le meneur d’une association terroriste, d’appartenir aux RZ, d’avoir entreposé des explosifs et participé à l’attentat contre la ZSA (centre d’aide sociale pour demandeurs d’asile) du 6 février 1987 ainsi qu’aux attaques (prescrites) contre Hollenberg en octobre 1986 (il était alors directeur du service des étrangers à Berlin) et contre Korbmacher (président de la cour du tribunal administratif) en septembre 1987. C’est alors que Mousli aurait demandé un entretien avec un représentant du BAW pour parler de l’application de la loi sur les repentis avant d’être présenté à un juge d’instruction.

Le 14 décembre 1999, sur la base des dépositions de Tarek Mousli, des mandats d’arrêt sont lancés contre Axel Haug, Harald Glöde et Rudolf Schindler. Ce dernier se trouve à ce moment-là déjà en détention préventive à Francfort sur le Main, le repenti Hans-Joachim Klein l’accusant d’avoir été impliqué dans l’attaque de la conférence de l’OPEP à Vienne en 1975.

Le 19 décembre 1999, le BAW, le BKA et le polizeiliche Staatsschutz déclenchent à Berlin une opération policière de grande envergure : des centaines de policiers lourdement armés assistés des unités spéciales anti-terroristes (CSG 9) investissent le centre alternatif de Mehringhof 2. En tout, plus de 1000 fonctionnaires perquisitionnent le lieu durant plus de 24 heures à la recherche d’une supposée cache d’armes et d’explosifs, dont ils ne trouvent d’ailleurs aucune trace. En revanche, cela provoque plus de 100 000 DM de dégâts au Mehringhof et l’arrestation puis l’expulsion de deux sans-papiers qui participaient à une fête latino dans une salle du lieu. Le même jour, Axel Haug et Harald Glöde sont arrêtés à Berlin et Sabine Eckle à Francfort sur le Main. Le lendemain, trois mandats d’incarcération sont délivrés à leur encontre : ils/elle sont accuséEs d’appartenance aux RZ ( Axel entre 1985 et 1995, Harald de 1989 à 1995 et Sabine de 1985 à 1990) ainsi que de possession illégale d’explosifs ; ces mandats seront par la suite élargis à la participation aux attentats contre la ZSA en 1987 et contre la Siegessäule en janvier 1991. Axel Haug est en outre soupçonné d’avoir caché au Mehringhof un dépôt d’armes et d’explosifs et il aurait, selon le BAW, fait partie avec Harald Glöde d’une "commission de coordination" chargée de distribuer des fonds à des groupes légaux et illégaux.

Le 18 avril 2000, c’est au tour de Matthias Borgmann d’être arrêté à Berlin alors qu’en même temps on perquisitionne son appartement et son bureau à la faculté technique. Le lendemain, la justice confirme le mandat d’arrêt, les chefs d’inculpation sont les mêmes que ceux reprochés aux autres (il est sensé avoir appartenu aux RZ de 1985 à 1995).

Le 18 mai 2000, à Yelloknife au Canada, Lothar Ebke est arrêté par la police canadienne en présence d’un fonctionnaire du BKA et sa maison est perquisitionnée. Son arrestation est à mettre sur le compte d’une disposition du BKA et ce qui lui est reproché correspond aux accusations portées contre les autres inculpés.

Le 30 mai 2000, a lieu une deuxième perquisition du Mehringhof. Grâce à une installation vidéo, Tarek Mousli guide les fonctionnaires du BKA à travers le centre mais cette fois encore ils ne trouvent ni les explosifs ni les produits chimiques espérés. Comme on l’apprendra plus tard, Tarek Mousli ne se trouve déjà plus en prison car il a obtenu une dispense de peine.

Le 18 juin 2000, au Canada Lothar Ebke est relâché contre une caution de 100 000 dollars canadiens.

Le 4 août 2000, la justice refuse les demandes de remise en liberté de Sabine, Axel, Harald et Matthias.

Le 6 décembre 2000, s’ouvre le procès contre Tarek Mousli devant la deuxième chambre correctionnelle de Berlin. Mousli fait des aveux complets sur son appartenance aux RZ et charge à nouveau Sabine, Matthias, Harald, Axel et Rudolf (toujours en préventive). Le juge et le Procureur Général s’étaient déjà mis d’accord et avaient déjà annoncé une peine de sursis si Mousli se montrait vraiment coopératif, c’est donc sans surprise que le 18 décembre 2000, après seulement quatre jours de débats, Mousli est condamné à deux ans avec sursis pour appartenance aux RZ et participation à un attentat à l’explosif. Il quitte le tribunal en homme “libre”, désormais sous la protection du BKA et pouvant profiter des avantages réservés aux repentis (entre autres une pension de 2400 DM par mois, loyer, téléphone et voiture de location payés).

Le 22 mars 2001 débute le procès contre Axel, Harald, Sabine et Matthias à Berlin, dans la section spéciale du tribunal criminel de Moabit. Il est mis en scène dans la pure tradition des procès anti- "terroriste" des années 70 : de nombreuses personnes se voient refuser l’entrée de la salle, celles et ceux qui peuvent assister à l’audience subissent une fouille systématique et doivent remettre leurs papiers d’identité qui sont photocopiés, une délégation d’observateurs internationaux ne peut conserver son matériel pour prendre des notes, le repenti Tarek Mousli porte un gilet pare-balle et est protégé par des gardes armés... Sinon les débats ne durent que deux heures : les accuséEs déclinent leur identité et les avocatEs déposent des nullités de procédures et demandent l’interruption des débats pour se procurer les dossiers nécessaires à la défense. L’état de santé de Sabine est également examiné : la détention a aggravé les crises de migraines et de vomissements dont elle souffre, et elle a perdu beaucoup de poids (elle ne pèse plus que 43 kg). La doctoresse de la prison confirme que les conditions de détention ne lui assurent pas un suivi médical suffisant (par exemple lors de sa dernière crise elle a dû attendre trois heures des médicaments dont elle a besoin).

Le 5 avril 2001, au troisième jour, c’est une révision complète du procès qui est évoquée. En effet, il est question de coupler la procédure en cours avec le dossier de Rudolf Schindler, lui aussi mis en cause par Mousli, décidément fort prolixe.

Le 12 avril 2001, le tribunal fait part de sa décision : Rudolf Schindler, qui vient à peine d’être relaxé dans le procès de l’OPEP (au cours duquel Mousli a également témoigné à charge), est associé à la procédure et donc également emprisonné. Afin de pouvoir associer tous les dossiers, le procès est ajourné jusqu’à la mi- mai.

Pour les accuséEs qui se trouvent en préventive depuis plus de onze, voire de quinze mois, cela signifie au moins cinq mois supplémentaires d’emprisonnement sans que l’affaire n’avance d’un pouce. La remise en liberté provisoire est refusée.

Le 17 mai 2001 a donc lieu le premier jour du nouveau procès : les cinq personnes sont accusées d’avoir été membres de l’organisation terroriste des RZ depuis 1985 et jusque dans les années 90, avec le privilège en plus pour Rudolf Schindler d’en avoir été l’instigateur. Tous/toutes sont également inculpéEs de participation à l’attentat contre le ZSA en 1986 et Axel Haug, Matthias Borgmann et Harald Glöde doivent répondre de l’attentat contre la Siegessäule en 1991. Pour ce qui est des chefs d’inculpation, rappelons que l’on reproche à tous/tes les accuséEs les attaques contre Hollenberg en octobre 1986 et Korbmacher en septembre 1987. Certes, il y a prescription pour ces faits, mais selon le Parquet ils "montreraient la dangerosité de l’association RZ" (communiqué de presse du 19 décembre 1999). En revanche, les attentats à l’explosif ne sont prescrits qu’après une durée de 20 ans.

Au cours du procès, les débats tournent pour l’instant beaucoup autour des déclarations de Tarek Mousli et les comptes rendus mettent en évidence de nombreuses incohérences et contradictions, même avec certains éléments d’enquête, ainsi que de gros trous de mémoire. Par ailleurs, une autre stratégie des avocatEs consiste apparemment à tenter l’ajournement et par conséquent à obtenir des libérations conditionnelles. Elles ont par exemple utilisé l’argument de dissimulation de pièces à conviction (en l’occurrence les cassettes des écoutes téléphoniques des RG !). Cela a provoqué le courroux du procureur général qui a littéralement déclaré "la guerre" à la défense mais n’a pas fait fléchir la juge qui a estimé que puisqu’il fallait s’attendre à une peine d’au moins cinq ans, une détention préventive d’un an et demi/deux ans, n’avait rien de "démesuré".

Sinon, pour l’instant rien de spécial ne semble avoir été dit sur les RZ, si ce n’est que le commissaire du BKA en charge du dossier dans les années 80 est venu dire ce qu’il savait des RZ de Berlin avant les déclarations de Mousli, apparemment pas grand chose et que des passages du journal "Revolutionärer Zorn" (colère révolutionnaire) des RZ, numéro 6 de janvier 1981, ont été lus.

Pour ce qui est du public, il semble qu’il y ait une présence régulière au tribunal, ce qui donne lieu à des comptes rendus sur internet 3 et, de temps en temps, à des actions un peu plus offensives. Ainsi le 19 juillet 2001, environ vingt personnes étaient venues avec des tee-shirts sur lesquels était écrit " 19 mois sont 19 mois de trop" pour protester contre la détention des accuséEs.

Le 7 septembre 2001 : il faut signaler la décision de la plus haute chambre de justice des territoires nord-ouest du Canada, de livrer Lothar Ebke, qui avait été arrêté une première fois le 18 mai 2000, à la justice allemande. Il a été d’abord mis en préventive, puis 15 jours après à nouveau libéré sous caution, aux mêmes conditions que la première fois : 100 000 dollars canadiens de caution, dont 25 000 en liquide, l’obligation de pointer une fois par jour au commissariat, et l’interdiction de quitter la ville. Cette libération a été rendue possible par la mobilisation massive de ses amiEs et voisinEs. Lothar a fait appel de cette décision mais auparavant c’est au ministère de la justice de se prononcer, et il ne le fera certainement pas avant le printemps 2002.

Lulurev, le 23/01/02

NB : Tout d’abord disperséEs dans des prisons différentes à Dusseldorf, Wuppertal, Francfort et Berlin, les accusés se trouvent à présent à Moabit, à Berlin alors que Sabine a été transférée à la prison pour femmes de Pankow, aussi à Berlin. Ils/elle subissent les conditions de détention prévues par le paragraphe 129a, à savoir, en isolement, une seule heure de promenade par jour, des visites d’une demi-heure seulement une heure tous les quinze jours, en présence d’un membre du BKA qui prend des notes et le contrôle systématique du courrier par le parquet. Pour leur écrire, il vaut apparemment mieux faire passer le courrier par le parquet général de Karlsruhe, car les lettres envoyées directement aux prisonniers ne leur sont pas remises mais envoyées au parquet pour contrôle, ce qui occasionne encore plus de retards.

1. Le BKA est un mélange de police criminelle et de RG, au niveau fédéral. 2. Sur la perquisition au Mehringhof, voir Cette Semaine n°79, fév. 2000, pp. 28-29. 3. Pour les diverses informations, voir le site : http://www.freilassung.de/

L’adresse où l’on peut écrire : Axel Haug et/ou Harald Glöde, (qu’en est-il de Matthias Borgmann et Rudolf Schindler ?) über Generalbundesanwaltschaft zHd. Staatsanwalt MonkaBrauerstrasse 30. 76137 Karlsruhe

Pour Sabine Eckle, adresser le courrier à son nom au bureau du comité de solidarité, qui fera suivre : Soli-Büro im Mehringhof Gneisenaustrasse 2a. 10961 Berlin

Extrait de Cette Semaine #84, fév/mars 2002, pp.34-36


Précédent Haut de page Suivant