Retour au format normal


Action contre la base militaire de Fort Mc Nair (26 avril 1983)



Cette nuit, nous avons attaqué la base militaire de Fort Mc Nair à Washington. Fort Mc Nair abrite une branche du Collège Militaire Américain ; l’Université de Défense Nationale et le Collège de Défense Inter-Américain (IADC). Cette action a été effectuée en solidarité avec les mouvements de libération en lutte au Salvador, au Guatemala et dans toute l’Amérique centrale, et avec le Gouvernement socialiste du Nicaragua. Cette région est aujourd’hui le centre de la révolution mondiale et la ligne de front pour la défaite de l’impérialisme US. Pour cette raison, elle est continuellement la cible des attaques contre-révolutionnaires les plus vicieuses de la part des Américains. A 1’IADC le gouvernement US entraîne des officiers latino-américains de haut grade pour son programme de guerre anti-insurrectionnelle. Entraînés aux méthodes de torture et de terreur, en collaboration avec l’armée américaine et la CIA, ses diplômés sont responsables du renversement des régimes progressistes et démocratiques d’Amérique latine et de l’installation de régimes militaires fascistes qui oppriment les masses populaires. Ils sont responsables de l’assassinat, de 30 000 Salvadoriens. L’IADC a pour tâche de maintenir l’Amérique latine en tant que chasse gardée de l’impérialisme yankee et cimetière pour des millions de personnes.

Le peuple du Salvador, sous la conduite du FMLN/FDR, combat pour mettre fin à l’oppression. Sa juste lutte pour la paix, l’autodétermination et la justice sociale et économique est un flambeau pour les peuples d’Amérique latine et pour tous les peuples qui ont vu leurs vies, leur travail et leurs ressources sacrifiés pour l’enrichissement de l’impérialisme US et ses sociétés multinationales. En réponse, les Etats-Unis utilisent toutes les techniques de contre-insurrection enseignées à l’IADC. Les « bérets verts » combattent directement au Salvador, tandis que des milliers de soldats gouvernementaux salvadoriens s’entraînent à Fort Bragg et Fort Benning. Des centaines de millions d’aide militaire sont donnés à la Junte et des manoeuvres militaires massives sont conduites par les troupes américaines dans toute la région. La CIA a des centaines d’agents en Amérique centrale et entraîne et fournit des milliers de mercenaires et d’ex-membres de la Garde nationale de Somoza, qui régulièrement font des incursions au Nicaragua. Les USA transforment ouvertement le Honduras en un Etat-garnison pour mettre en oeuvre la stratégie militaire US dans la région. Face à la défaite militaire au Salvador, les américains mettent en place des programmes de « pacification rurale » qui causeront des dizaines de milliers de morts, la déportation de centaines de milliers de paysans dans des hameaux stratégiques entourés de barbelés et la destruction du sol. Placé devant une guerre du peuple, les USA cherchent à assassiner le peuple. C’est une guerre anti-insurrectionnelle à grande échelle et nous devons nous y opposer activement.

Ce n’est pas le résultat de la politique d’une mauvaise administration. C’est la réalité du contrôle impérialiste américain dans le tiers monde. C’est le résultat d’un système basé sur le profit maximum pour une minorité à travers l’oppression et l’exploitation de centaines de milliers de personnes de par le monde entier et à l’intérieur de ses propres frontières. Pris dans une crise économique et politique dont ils sont eux-mêmes responsables, se heurtant aux luttes grandissantes des peuples du monde pour la libération nationale et le socialisme, la réponse des Etats-Unis est la guerre, le fascisme et le génocide.

Le courage, le sacrifice et la détermination du peuple du Salvador constituent un exemple pour les peuples opprimés du monde entier. Notre action se situe dans le mouvement de solidarité croissante avec cette lutte.

Nous, aux USA, sommes dans le ventre de la bête. La solidarité s’accroît, mais à côté de notre protestation, nous devons organiser une résistance active à la machine de guerre américaine. La militarisation croissante de notre société signifie que l’armée est partout et vulnérable à notre action. Des bureaux de recrutement parsèment les régions, des ROTC fonctionnent sur les campus, des usines produisent les armes, des bases militaires entraînent les hommes. La résistance n’est pas uniquement un acte de solidarité, c’est la base de notre mouvement révolutionnaire.

Le Salvador vaincra ; le Guatemala vaincra, les peuples d’Amérique latine et des Caraïbes seront libres ; l’impérialisme américain sera vaincu.

La Commandante Ana Maria (Melida Anaya Montes) vit toujours !

Victoire au FMLN/FDR !

Solidarité avec les peuples d’Amérique centrale !

Construisons un mouvement de résistance révolutionnaire !

Combattons l’impérialisme américain

Défendons la révolution nicaraguayenne !

26 avril 1983, Unité de Résistance Armée





Sources : http://apa.online.free.fr/article.php3?id_article=764