Retour au format normal


Les frontières de la démocratie : les immigrés tués, les rebelles en prison (13 mai 2005)



Jeudi 12 mai, cinq anarchistes de Lecce ont été arrêtés dans le cadre de l’énième enquête pour « association subversive à finalité terroriste » (art. 270Bis), sur la base de laquelle des domiciles et des lieux anarchistes ont été perquisitionnés dans la moitié de l’Italie. Le Capolinea occupato [squat] de Lecce a été fermé et mis sous séquestre judiciaire. Connus pour leur opposition constante et sans compromis à ces lagers que la langue de l’Etat nomme « centres de résidence temporaire » [Cpt, centres de rétention], ces compagnons dérangeaient trop. A présent que les brutalités dans le CPT de Lecce sont apparues si évidentes que son directeur, don Cesare Lodeserto, a été arrêté sous l’accusation de violence et séquestration de personnes ; à présent que plusieurs immigrés enfermés ont commencé à se rebeller avec courage et continuité, la voix de ceux qui démasquaient depuis longtemps les responsabilités de tout un système concentrationnaire restera muette. Ces compagnons sont accusés d’une série d’attaques contre la propriété des gestionnaires et financiers du CPT de Lecce, de quelques sabotages contre Esso et de quelques actions directes contre Benetton. Nous ne savons pas s’ils sont innocents ou coupables, et ça ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas ce que nous trouvons juste entre les lignes des codes de l’Etat. S’ils sont innocents, ils ont notre solidarité. S’ils sont coupables, ils l’ont plus encore. Répondre avec détermination à ceux qui enferment des femmes et des hommes dont l’unique faute est celle d’être pauvres et de ne pas avoir de papiers en règle, présenter une peu l’addition à ceux qui s’enrichissent avec le génocide de la population irakienne (comme le fait Esso) ou avec la déportation des Mapuche (comme le fait Benetton), sont des pratiques absolument partageables. Des bombardements aux CPT, des banques aux multinationales, les ennemis des exploités ne sont peut-être pas partout les mêmes ?

Alors que nos compagnons étaient arrêtés, la police a expulsé un camp de nomades, tué à froid un sénégalais sur un barrage et provoqué la mort d’un autre immigré qui cherchait à échapper à une rafle, en un seul jour à Turin. Ca vous suffit ? Depuis plusieurs semaines, les reclus du CPT de via Corelli à Milan sont en grève de la faim, protestent en montant sur les toits, hurlent leur volonté de liberté. En même temps, des centaines de réfugiés sont internés dans des « centres d’accueil » d’où ils cherchent à s’évader à tout prix. Ce sont les cris qui nous arrivent des massacres de ce monde en ruine. Nous pouvons faire semblant de ne pas les entendre. Nous pouvons fêter hypocritement la lutte armée contre le nazifascisme sans se rendre compte que les lagers ne sont pas notre passé, mais notre présent. Nous pouvons nous réfugier derrière le respect de la loi -la même loi au nom de laquelle on affame et on bombarde, la même loi qui est quotidiennement suspendue pour des millions de damnés de la Terre. Ou bien nous pouvons décider de lever la tête, trouvant en nous-mêmes le sens de ce qui est juste, armant notre coeur et nos bras. Nous pouvons nous cacher ou bien nous battre.

La meilleure façon d’être solidaires avec les anarchistes de Lecce nous semble être de continuer la lutte pour la fermeture des lagers, pour enrayer la machine à expulser. Pour un monde sans frontières.

Liberté pour Salvatore, Saverio, Christian, Marina, Annalisa ! Feu aux CPT, liberté pour tous !

Des anarchistes en liberté provisoire

[Traduit de l’italien, publié le 13 mai 2005 sur anarcotico.net]





Sources : http://apa.online.free.fr/article.php3?id_article=282