Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 7 octobre 2005

- Kurde


Les rebelles kurdes du PKK ont annoncé la fin de la trêve avec les forces d’Ankara (Libération).

Par Marc SEMO

vendredi 07 octobre 2005 (Liberation ) Ankara envoyé spécial

Ce sont des embuscades ou le plus souvent des mines sur les routes du sud-est anatolien, peuplé en majorité de Kurdes. Depuis le début de l’année, ces attaques des rebelles kurdes ont fait près de 200 morts et blessés parmi les forces de l’ordre. Parfois, ce sont aussi des attentats à la bombe dans des stations touristiques. Même demeurant à un niveau de basse intensité, ce conflit risque de compliquer la marche turque vers l’Union européenne. « La question kurde constitue l’obstacle majeur dans le processus de démocratisation du pays. C’est ce qui bloque la pleine mise en oeuvre des réformes et qui pourrait servir de prétexte à une reprise en main autoritaire », s’inquiète Baskin Oran, professeur de sciences politiques à Ankara et auteur d’un rapport très critique sur la situation des minorités pour le Haut Conseil turc des droits de l’homme. Quelque 15 millions de Kurdes vivent en Turquie sur une population de 71 millions d’habitants.

Risque réel. L’espoir d’une intégration européenne avait affaibli ces tensions. Mais elles sont en train de ressurgir. Ces derniers mois, des incidents opposent toujours plus fréquemment nationalistes turcs et kurdes après des manifestations. « Il y a un risque bien réel d’affrontements intercommunautaires que nous n’avons même pas connus dans les années 80-90 aux pires moments des combats entre l’armée et le PKK [Parti des travailleurs du Kurdistan] », renchérit Mithat Sancar, kurde et professeur de droit à Ankara. La « sale guerre », qui a fait quelque 37 000 morts durant quinze ans d’affrontements entre les forces de l’ordre et la guérilla indépendantiste dirigée par Abdullah ÷calan, s’était arrêtée après l’arrestation du chef kurde en 1999. Condamné à perpétuité, ÷calan avait appelé ses partisans à déposer les armes. Mais, en juin 2004, le PKK reprenait ses opérations et les « suspendait » seulement un mois jusqu’au 3 octobre. Hier, il annonçait la fin de ce cessez-le-feu.

« La violence a fait son temps. Elle ne doit plus être un moyen d’action ni pour l’Etat ni pour l’autre côté », répète Orhan Dogan. Comme Leyla Zana, à qui le Parlement européen décerna en 1995 le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, cet ex-député kurde a passé dix ans et demi derrière les barreaux pour « complicité » avec le PKK. Remis en liberté il y a un an grâce aux pressions de Bruxelles, les deux anciens prisonniers politiques auréolés de leur prestige se sont engagés dans la construction d’un nouveau parti, le DTP (Mouvement démocratique et social). A la mi-août, après que le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, issu du mouvement islamiste, eut lancé que la question se résoudrait seulement « avec plus de démocratie », le DTP a en vain appelé le PKK à « un cessez-le-feu à durée indéterminée ». Malgré cet échec, il n’est pas question pour le nouveau mouvement de défier ouvertement le chef rebelle enfermé dans l’île prison d’Imrali, au large d’Istanbul.

« Dans le combat légal et démocratique des Kurdes, ceux qui sont contre Abdullah ÷calan n’ont pas de soutien populaire », martèle sans cesse Orhan Dogan, pour qui l’urgence est de « mettre fin aux causes profondes qui ont créé le PKK, sinon une nouvelle organisation similaire ressurgirait de ses cendres ». Dans le sud-est anatolien, la popularité du chef rebelle reste forte. Son portrait est brandi dans toutes les manifestations. Le ressentiment se nourrit aussi du refus des autorités d’offrir une amnistie aux derniers combattants et de l’incapacité des pouvoirs publics à permettre le retour des centaines de milliers de personnes chassées de leurs villages pendant la « sale guerre ». D’où le risque de nouvelles explosions.

« Il y avait une chance historique de créer un véritable mouvement politique kurde indépendant. Mais, finalement, ce nouveau parti n’est rien d’autre qu’une courroie de transmission du PKK », regrette Yavuz ÷nen, président de la Fondation des droits de l’homme, déçu comme nombre d’intellectuels engagés dans la cause kurde. Bien que « détenu dans des conditions inhumaines », privé du droit de visite ainsi que de journaux et de télévision, ÷calan n’en continue pas moins à diriger d’une main de fer ce qui reste de son organisation. Bien décidé à rester le seul représentant de la cause kurde, le PKK menace ¬ voire élimine ¬ tous ceux qui remettraient en cause son hégémonie. L’Etat a beau refuser toute négociation avec les « terroristes », le mouvement espère un jour s’imposer comme l’incontournable interlocuteur, quitte à mener la politique du pire.

Meeting interdit. « L’internationalisation de la question kurde a changé la donne, marginalisant toujours plus le PKK. L’affirmation d’un quasi-Etat kurde démocratique en Irak affaiblit son prestige. Et à cela s’ajoutent les perspectives positives créées par la dynamique d’intégration européenne », explique Baskin Oran. Malgré ses liens avec le PKK, le nouveau parti kurde sera conduit à mettre en avant une logique toujours plus politique. Dimanche, veille de l’ouverture des négociations avec les Vingt-Cinq, le DTP avait prévu un grand meeting à Diyarbakir, la capitale du sud-est kurde, sur le thème « liberté pour les Kurdes, démocratie pour la Turquie, oui à l’Union européenne ». La réunion a été interdite au dernier moment pour raisons de sécurité.


Précédent Haut de page Suivant