Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 1er octobre 2006

- Breton


Gérard Bernard : la Cour européenne lui donne raison contre l’Etat français

Arrêté en octobre 1999, Gérard Bernard (Lorient) est resté en détention “provisoire” pendant presque trois ans avant d’être remis en liberté. Jugé au procès 2005, il a été condamné à 6 ans de détention. Il n’a pas eu en ce début d’octobre d’information sur son éventuel retour en détention. En revanche, il a obtenu en date du 26 septembre le jugement de la Cour européenne des droits de l’homme suite à la plainte qu’il avait déposée et poursuivi seul, sans avocat, contre sa détention provisoire. “Par ces motifs, la Cour, à l’unanimité, déclare la requête recevable (...), dit qu’il y a eu violation de l’article 5§3 de la Convention (...) et condamne l’Etat défendeur, en l’occurence l’Etat français, à verser une somme “pour dommage moral et frais et dépenses”. Le résumé de l’arrêt du 26.09.06...

C’est le 11 juillet 2002 que Gérard Bernard, en détention “provisoire” en région parisienne, avait déposé une requête contre la République française. Le 28.09.99 avait eu lieu à Plévin (Finistère) le vol du Titanite : 7 725 kg de dynamite, 400 kg de nitrate, cordeaux détonnant, détonateurs électriques etc. ETA était aussitôt mise en cause, des arrestations avaient rapidement lieu dans les Pyrénées Atlantiques, une partie des matériaux dérobés étaient retrouvés. Dans le cadre d’une information judiciaire d’octobre, 21 personnes étaient arrêtées et mises en examen “à la découverte de plusieurs logements, caves, et véhicules qui se révélèrent par la suite avoir été utilisés dans le cadre de la préparation et du vol commis à Plévin, ainsi que pour permettre la fuite des auteurs”. Dans cette action, Gérard Bernard était accusé d’avoir aidé à l’hébergement des Basques. Il est arrêté le 9 novembre 1999, alors qu’il partait vers le Pays Basque, mis en examen et placé en détention provisoire par ordonnance du 13 novembre. Une ordonnance du 6 novembre 2000 prolonge sa détention provisoire pour 6 mois à partir du 13 novembre. Le 4 mai 2001, la détention est à nouveau prolongée pour 6 mois, ce que confirme un appel “qui releva que le requérant, interrogé le 26 avril 2001, continuait à dénier son appartenance à l’ARB, indiquait qu’il entendait poursuivre la lutte pour l’indépendance de la Bretagne “par tous les moyens”, et refusait d’indiquer les conditions dans lesquelles les explosifs avaient été évacués ainsi que le nom des personnes ayant participé au montage de l’opération”. Des ordonnances du 7 novembre 2001 puis du 2 mai 2002 prolongeaient à nouveau la détention provisoire pour 6 mois - comme à chaque fois, l’appel est rejeté. Pendant toute cette période, Gérard Bernard aura déposé 179 demandes de mise en liberté, avec appels suivant le refus et appels de cassassion. Tout est rejeté. Le 21 octobre 2002, une ordonnance de mise en liberté est assortie d’un contrôle judiciaire. La plainte européenne de Gérard Bernard “dénonce la durée de sa détention provisoire qu’il juge excessive” : “Toute personne arrêtée ou détenue (...) a le droit d’être jugée dans un délai raisonnable, ou libérée pendant la procédure. La mise en liberté peut être surordonnée à une garantie assurant la comparution de l’intéressé à l’audience”. Une fois étudiés les points de vue du Gouvernement et du Requérant, “la Cour rappelle que, selon sa jurisprudence constante, il incombe en premier lieu aux autorités judiciaires nationales de veiller à ce que, dans un cas donné, la durée de la détention provisoire d’un accusé ne dépasse pas la limite du raisonnable. (...) La persistance de raisons plausibles de soupçonner la personne arrêtée d’avoir commis une infraction est une condition sine qua non de la régularité du maintien en détention, mais au bout d’un certain temps elle ne suffit plus ; la Cour doit alors établir si les autres motifs adoptés par les autorités judiciiaires continuent à légitimer la privation de liberté (...)”. Parmi les appréciaitions de la Cour, est précisé que des mêmes motifs concernant l’incarcération de Gérard Bernard et son maintien figurent dans les décisions de départ, de novembre 2000 et mai 2001, puis ne sont plus mentionnés dans les ordonnances de novembre 2001 et mars 2002 pour réapparaître dans l’ordonnance de prolongation de détention de mai 2002. Un autre motif est présent en novemre 1999, les décisions de novembre 2000, mai 2001, février 2002, mai 2002, mais n’est plus mentionné dans les ordonnaces et arrêts de novembre 2001 et disparaît dans celui de mars 2002. “La Cour s’explique mal comment ces motifs ont pu fluctuer de la sorte”. Ce qui était le plus reproché à Gérard Bernard lors de son incarcération était son refus de donner l’identité d’un responsable de ce dossier. “La Cour rappelle d’abord qu’un “accusé” a le droit de se taire et de contester les faits qui lui sont reprochés, et que l’on ne peut fonder le maintien en détention uniquement sur le fait que l’intéressé nie sa culpabilité ou refuse aux questions qui lui sont posées, dans la mesure où il est présumé innocent tout au long de la procédure d’instruction (..).” La déclaration régulière de l’accusé sur sa volonté “de poursuivre la lutte pour l’indépendance de la Bretagne “par tous les moyens” à travers une lutte “culturelle, politique et syndicale” justifiait aux yeux des juges son maintien en détention. “La Cour estime que ces propos étaient peu significatifs, dans la forme comme dans le fond, et qu’ils ne suffisaient pas à caractériser une dangerosité du requérant - lequel n’avait de surcroît aucun antécédent judiciaire - rendant le danger plausible et la mesure adéquate.” Autre justification de son maintien en détention : son risque de fuite en cas de libération. Aux yeux de la Cour, ceci ne semble pas justifié, notamment en tenant compte des accusations concrètes contre l’accusé et “étant rappelé que nombre des co-accusés avaient été remis en liberté”. Il ne s’agit là que de quelques exemples des explications de l’arrêt de la Cour européenne... En conclusion : “Pour être conforme à la Convention, la longueur de la privation de liberté subie par le requérant eut dû reposer sur des justifications des plus convaincantes. Or il ressort des développements précédents que la pertinence initiale des motifs retenus par les juridictions d’instruction à l’appui de leurs décisions relatives au maintien de l’intéressé en détention ne résiste pas à l’épreuve du temps Bref, par sa durée excessive, la détention litigieuse du requérant a enfreint l’article 5§3 de la Convention”.


Sources : Skoazell Vreizh
Précédent Haut de page Suivant