Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 19 février 2006

- Luttes & Prison


France - Cyril Khider porte plainte contre l’administration pénitentiaire pour agression sexuelles et atteinte à la dignité humaine

Monsieur,

Veuillez trouver, ci-joint, copie de la plainte déposée par mes soins contre l’administration pénitentiaire pour agression sexuelle et atteinte à la dignité humaine [http://www.prison.eu.org/article.php3 ?id_article=7305#nb1" href="#nb1" name=nh11]. J’ai déposé cette plainte aidée de mon avocate maître Boesel auprès des instances internes qui l’ont classée sans suite. C’est pour cette raison que nous nous portons partie civile dans ce dossier pour que plus jamais ce genre d’acte de barbarie ne soit à nouveau perpétré, par des agents de l’administration pénitentiaire. Je suis en outre obligé de vous raconter mon parcours carcéral de ces quatre dernières années pour que vous compreniez bien l’urgence de la situation actuelle.

En Août 2001 je suis incarcéré après avoir tenté de délivrer mon frère Christophe à l’aide d’un hélicoptère au dessus des prisons de Fresnes, à partir de ce moment et jusqu’à aujourd’hui, je ne dois ma survie qu’à la mobilisation de ma mère gravement malade, qui anime avec ses amis une petite radio associative se faisant le relais de l’intérieur des prisons, ce qui permet à un petit groupe de gens, de savoir en partie, ce qui se passe intra-muros obligeant ainsi le personnel pénitencier à plus de mesure lors de leurs exactions.

PRISON de NANTERRE : Dès ma sortie de l’isolement, j’ai eu droit à la visite d’un groupe de surveillants qui étaient, d’après leurs propos, outrés que je sois en détention dite « normale ». Certains d’entre eux m’ont promis de sévères représailles : « Ce que tu as fais au collègue tu vas le payer amèrement tôt ou tard on te crèvera, crois nous tu vas le regretter, jamais nous te laisserons respirer à nouveau l’air de la liberté, etc...etc... » Tous m’ont promis de me mener la vie impossible en essayant de me faire craquer, ce qu’ils ont en partie réussi à faire. Aucun de mes courriers pour dénoncer cet état de fait n’a réussi à franchir l’enceinte de la prison, ce dont je me suis rendu compte il y a peu. Je pensais qu’en dehors du courrier des proches et des amis qui m’arrivait en pointillé et se faisant de plus en plus rare, les lettres « officielles » parvenaient à leur destinataire. Assurer la défense de sa personne en prison est impossible si la personne en question espère saisir les instances internes par le biais du courrier. C’est un mode de recours illusoire, même les lettres d’avocats sont ouvertes, quand elles ne disparaissent pas purement et simplement

Durant ce séjour à la prison de Nanterre, aucune activité ne m’a été accordée, pas d’accès à la scolarité ni au sport malgré mes nombreuses demandes. Régulièrement des coups violents étaient assénés dans la porte de ma cellule pendant mon sommeil, et cela à toutes les heures de la nuit, ce qui vous l’imaginez, me faisait battre le cœur à tout rompre. Ceci a duré plus d’un mois, jusqu’à ce que l’administration pénitentiaire me transfère sur la prison de Fleury-Mérogis (Essonne). C’est sous le prétexte fallacieux de préparation d’une tentative d’évasion et sans aucune preuve pour accréditer cette thèse, que tous mes transferts seront justifiés, il deviendra l’argument numéro un pour justifier les mesures ultra coercitives et autres subtilités liberticides tendant à faire craquer un individu. Je vous rappelle que ces fausses allégations ont été portées moins d’un mois après ma sortie de l’isolement ce qui permet de souligner l’affabulation ostentatoire des surveillants.

C’est donc en décembre 2001, qu’à peine arrivé à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, les surveillants me tiennent à s’y méprendre le même discours que leurs collègues de Nanterre, à savoir : « Pour toi ici il n’y a rien à espérer, à part les deux promenades quotidiennes prévues par le règlement tu n’auras rien, et il vaudrait mieux que tu marches la tête baissée parce que l’on n’hésitera pas à te faire la peau... » Dès la première nuit, lors de la ronde je suis réveillé en sursaut par des coups de pieds violents dans la porte de la cellule, qui se poursuivront une large partie de la nuit ainsi que les nuits suivantes, au bout de vingt jours de ce régime je décide, faute d’autre choix, de monter au quartier disciplinaire

Leur précisant que je n’en sortirais que lorsque j’aurais été transféré dans une autre maison d’arrêt de la région Parisienne, espérant de la sorte que ces procédés, dignes de tortionnaires rompus à une discipline barbare, cesseraient. A l’époque, le directeur général de Fleury-Mérogis, me demande d’intégrer un autre bâtiment de la tripale me précisant que je ne serais plus « importuné ». J’ai donc pris sur moi de sortir du quartier disciplinaire pour tenter de retrouver un semblant de tranquillité. Cela n’a duré en tout et pour qu’un ou deux mois, juste le temps nécessaire à ce que je récupère mon souffle. Puis,un agent n’a rien trouvé de mieux à faire, que me ramener en retard au parloir deux fois consécutives, je n’ai rien dit espérant que cela ne se reproduirait pas, mais suite à la seconde fois il m’a été refusé l’accès aux cours de promenade, à l’issue de ce parloir de 20 mn, auquel je pouvais prétendre, par le même agent Celui-ci a prétexté que des personnes ayant eu la même série de parloir ne peuvent accéder à la promenade ensemble, alors que le règlement interne stipule que si le temps restant après le parloir est égal ou supérieur à 30 mn, comme c’était précisément le cas à cet instant, la promenade pouvait avoir lieu,hors il restait 30 mn avant la fin de la promenade et tous les détenus présents au parloir dans la même série que la mienne, ont pu accéder à la cour de promenade.

J’ai donc prévenu le surveillant que la prochaine fois je me couperais les veines et qu’il serait seul responsable de cela.

L’agent a d’abord rigolé en me disant que je lui rendrais service, puis pour se couvrir a mis un rapport d’incident, prétextant que je l’avais menacé de mort. Je suis donc passé en commission disciplinaire et placé dans le quartier du même nom. A la fin de cette nouvelle sanction, j’ai refusé catégoriquement de sortir du mitard. Au bout d’un mois j’ai reçu la visite du directeur qui m’a de nouveau demandé de sortir du quartier disciplinaire, m’indiquant qu’il avait fait le nécessaire pour que je sois transféré dans un autre établissement. J’ai accepté mais à la conditionque je retourne à l’isolement, pour ne pas retrouver le personnel encadrant la détention dite « normale », afin d’éviter un quelconque affrontement. Je lui ai expliqué aupassage, les sévices physiques et moraux subis quotidiennement comme le manque de sommeil,les crachats dans la nourriture, ainsi que les nombreuses menaces dontj’ai fait l’objet, luiprécisant que je n’étais pas sur de pouvoir me contrôler lors des prochaines exactions de son personnel, vu que mon seuilde résistance personnelle est atteint. Je me suis donc retrouvé durant un mois environ au quartier d’isolement de Fleury-Mérogis.

J’arrive au début de l’été 2002 à la maison d’arrêt de VILLEPINTE (Seine saint Denis). Je suis reçu par la direction de l’établissement qui me précise qu’en son enceinte, personne n’est au courant des motifs de mon incarcération et que tout se passerait bien. Dés le lendemain, chaque surveillant vient se « présenter » à moi, certains d’entre eux me font remarquer, qu’ils étaient en poste à la maison d’arrêt de Fresnes, celle où a été perpétré la tentative pour laquelle je suis incarcéré. Tous ne me disent pas clairement qu’ils comptent me nuire, avec subtilité, ils me le font comprendre terminant toutes leurs phrases par « on t’a à l’œil ». Pour les plus virulents d’entre eux, j’ai droit à de nouvelles menaces de mort, de promettre de me faire les misères nécessaires pour me faire craquer, de s’en prendre à ma famille en leur refusant l’accès au parloir sous divers prétextes, dont le plus récurrent est « madame vous vous êtes trompée dans la prise de vos rendez-vous ». Ils agissentprincipalement de la sorte avec mon épouse qui vient avec ma fille prématurée dans les bras. Ma mère elle, se serait empressée de faire un scandale en pareille situation, suivi d’un dépôt de plainte, ce que les agents ne sont passans savoir. Ils me répètent sans cesse à tout heure du jour et de la nuit : « On en a fait craquer des plus durs que toi ». J’ajoute que dans cet établissement, mon linge de corps est régulièrement souillé par des substances soit grasses soit sucrées, avec en prime une fois sur deux des traces de chaussures, prouvant l’acharnement des agents.

Quelques jours avant mon mariage, m’a mère m’a fait remettre une chemise offerte pour l’occasion par un ami de mon frère qui travaille dans la livraison de sang et d’organes et qui a laissé une vieille puce téléphonique, qu’il croyait définitivement perdue et déclarée en tant que telle, donc inutilisable. Je rappelle que mon épouse aurait pu me donner cette puce au cours d’une visite siune quelconque préméditation en était à l’origine. De retour dans ma cellule, j’ai trouvé celle-ci sans dessus dessous,pâtes vidées à même le sol, café, riz, sucre également vidés à même le sol, bricks de lait éclatées contre le montant de mon lit, et vaguement essuyées avec mes serviettes de toilette.

Le même jour à 21 heures deux inspecteurs de la police criminelle, deux maîtres- chien avec leur animal respectif, suivis d’une dizaine de surveillants, du plus gradé au simple surveillant, ont investima cellule pour procéder à la perquisition de cette dernière, déjà retournée par certains agents. Evidemment ils n’ont rien trouvé se rapportant à la puce inexploitable trouvée dans la chemise sus-citée.

D’ailleurs mon épouse n’a pas été inquiétée, puisque ma mère a appelé le commissariat pour faire savoir aux policiers que le propriétaire de la puce se déplacerait dans la journée, ce qu’il a fait sans tarder clôturant ainsi cette malheureuse affaire.

Néanmoins, environ une quinzaine de jours plus tard j’ai été placé à l’isolement à la demande du directeur de Villepinte.

C’est précisément à cette période qu’a commencé pour moi le véritable calvaire. Dés l’instant où je me suis retrouvé à huit clos avec les surveillants, la situation a basculé dans l’horreur. J’ai été soumis à de nombreuses brimades dont des restrictions alimentaires, le tutoiement est devenu systématique, un bon de cantine sur quatre m’était accordé pour ne pas attirer l’attention de la comptabilité, je suppose. A plusieurs reprises j’ai découvert des crachats et autres immondices dans mes « repas » servis par l’administration pénitentiaire. Provocations non-stop, fouille de la cellule et fouille à corps quotidiennes, à toute heure du jour et de la nuit,insultes permanentes derrière ma porte assorties de coups de pieds. C’est à cette époque que je sens ma raison vaciller et que pour ne pas perdre pied, je décide de leur répondre en les insultant à chaque fois que j’entends l’un d’entre eux proférer des menaces de mort à mon encontre ou celle de ma famille. Ces tortionnaires m’en donnent de suite l’occasion puisque le soir même ils me font croire qu’ils ont pénétré dans la cellule pendant mon sommeil, faisant des bruits de clefs dans la porte, je suis en sueur tant la tension est grande, je les sais prêts à tout, je pense que ma dernière heure est venue quand dans le noir j’imagine le nombre, je suis à bout. Quelques secondes plus tard,je comprends qu’ils sont en fait dans le couloir, lorsque je les entends s’éloigner en ricanant. Je me mets à hurler comme un animal blessé, puis, sortant complètement de mon sommeil je me mets à les insulter. Ces images ne me quittent plus depuis cette nuit de cauchemar éveillé, je ne dors que d’un œil entre chacune de leur insulte nocturne.

Souvent, certains surveillants pendant la palpation obligatoire avant chaque mouvement, me touchent volontairement les parties intimes pour provoquer une réaction de ma part. C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à avoir des réactions violentes envers mes bourreaux, ainsi que des idées de suicide sans penser à la mort, des troubles de la vision ont commencé à apparaître, des migraines insupportables, des troubles de l’audition sont également apparus, j’ai réclamé plusieurs fois la venue d’un psychiatre ou d’un psychologue en vain.

Un beau matin je suis changé de bâtiment (isolement) vers 8 h 30 du matin, comme la télé que j’ai payée est restée dans le bâtiment précédent, j’insiste pour qu’on me la ramène, à 11 heures n’ayant toujours pas obtenu satisfaction je demande à ce qu’un gradé vienne régler le litige, je tiens à préciser que dans ce bâtiment aucun cadeau n’est fait à l’isolé si il lui manque ne serait-ce qu’un seul centime d’euro, il ne bénéficie pas d’un téléviseur durant 15 jours, même si entre temps, un mandat est arrivé sur son compte. J’ai décidé de ne pas lâcher l’affaire, il en va de ma santé mentale. J’insiste donc une partie de la journée jusqu’à ce que le chef de détention arrive accompagné de plusieurs agents, il est sous l’emprise de l’alcool c’est évident, il me dit de fermer ma gueule et me fait empoigner pour m’amener au quartier disciplinaire, à titre préventif au motif de tapage. Devant tant de mauvaise foi, je me mets à l’insulter le traitant d’un tas de noms d’oiseaux, lui déversant des flots de rage contenue, le traitant de bourreau en chef, que je le retrouverais dehors. Après avoir dessaoulé il a porté plainte.

J’ai par la suite été condamné à 5 mois de prison ferme et 600 euros de dommages et intérêts. Lorsque j’ai essayé d’expliquer au juge du tribunal de Bobigny les raisons des menaces et insultes elle n’a rien trouvé de mieux à me rétorquer que mon seuil de tolérance était peu élevé !!!

Pour renforcer l’argumentaire factice de la partie civile mon chef d’accusation (tentative d’évasion) a été évoqué une fois de plus pour souligner que c’est une circonstance aggravante.

D’ailleurs à ce jour, toutes les brimades,menaces, et autres comportements délétères à mon encontre, se justifient par la qualification de mon mandat de dépôt. Au même regard que mon maintien en quartier d’isolement est nécessaire voir vital. Après avoir subi pendant environ dix mois la vengeance institutionnelle,la torture démocratique, puisque personne ne semble s’inquiéter outre mesure de ces nouvelles pratiques carcérales, malgré les courriers de ma mère malade aux différents ministères concernés, ainsi qu’une dénonciation publique lors du premier colloque à l’assemblée nationale, le 1er décembre 2004, sur le thème : « les prisons et l’Europe » organisé par Christine Boutin.

Il y avaient là paraît il plus de 250 personnes présentes quand ma mère a pris la parole, donc question témoins il y a de quoi faire, personne ne semble s’émouvoir outre mesure de ce qui se passe dans nos prisons. Il est bien plus facile de donner des cours de morale à des pays comme l’Irak quand un(e) soldat(e) humilie un prisonnier. J’ai donc pris la décision une nouvelle fois d’aller au quartier d’isolement histoire de sauver ma vie ainsi que pour obtenir un nouveau transfert histoire de trouver un peu de tranquillité. Je précise qu’à la prison de Villepinte tous les soirs j’étais privé de mon nécessaire de toilette, mon bas de pantalon, ainsi que de mes chaussures été comme hiver. C’est donc en caleçon et en chaussettes que j’ai passé toutes mes nuits. Aucune jointure à la fenêtre ce qui m’empêchait d’avoir chaud l’hiver même sous les couvertures. Il m’aura fallu faire 13 jours de cachot pour obtenir un nouveau transfert.

A force d’être menacé j’ai fini par répondre en piquant une crise de colère m’en prenant aux choses plutôt qu’aux agents, je me suis retrouvé enchaîné et entravé par des chaînes aux pieds, conduitau parloir couvert de sang et trempé des pieds à la tête vu que j’avais saccagé ma cellule en réponse à mes tortionnaires, c’est dans ces conditions que je suis allé au parloir voir ma femme, qui m’y attendait.

Ma mère a saisi l’OIP (Observatoire international des prisons) qui se sont rendus sur place et sont intervenus. Par contre, arrivé à la maison d’arrêt d’OSNY,j’ai pu constater que les chefs, d’une manière générale, faisaient en sorte d’éviter tout débordement et tout problème, ce qui n’empêchaient pas certains surveillants de me réveiller la nuit, soit en claquant les œilletons contre les portes, soit en allumant la lumière durant de longues minutes, jusqu’au réveil des détenus. A ce moment nous sommes plusieurs à subir le joug vengeur de l’administration. Cela a duré six mois sans réel problème.

Le 8 novembre 2003 je suis transféré sur la maison d’arrêt de ROUEN soit à 130 km de chez moi, cet éloignement ne visait qu’à la rupture des liens familiaux dans la mesure ou mes proches,par manque de moyens (argent, voiture, santé) auraient du abandonner les visites. J’ajoute que ma fille Sàra qui vient de naître ne pèse que 960 grammes ce qui justifie largement le fait que je ne veuille pas en outre, qu’elle prenne des risques contaminants dans les transports en commun en venant me visiter avec sa mère. Quant à ma propre mère, elle subit des transfusions régulières de plaquettes sanguines, en relation avec sa pathologie, elle est en effet atteinte du sida depuis très longtemps, soit au moins 24 ans puisque ma petite sœur est née contaminée à 1981. Or, rien est fait pour aider cette gamine qui n’est responsable en rien de l’incarcération de ses frères, mais qui paie un lourd tribut à la justice ainsi qu’à l’administration pénitentiaire qui précipitent le pronostic de morbidité en l’envoyant se fatiguer dans des trajets usants et mortifères,puisque le pronostic vital est également engagé.

Je rappelle en outre, que mon épouse est inscrite sur la liste d’attente des greffes du rein. J’ai donc, toujours à contre cœur, intégré une cellule du quartier disciplinaire où l’on m’a laissé croupir durant 95 jours, alors que la loi ne prévoit que 45 jours de cette ultime mesure de rétorsion. Soit trois mois et cinq jours dans à peine 4 m2 sans un seul jour dehors,j’ai cru devenir fou mais j’ai tenu bon. Je précise qu’à cette époque j’ai perdu un peu plus de10 kg.

Durant cette période, après une altercation avec un surveillant, à cause du manque de sommeil provoqué par le maintien d’un projecteur allumé en permanence la nuit, j’ai eu droit à un repas avec des asticots en guise d’assaisonnement. Dans ce quartier disciplinaire, les fouilles à corps s’effectuaient systématiquement à nu avant et après chaque promenade, l’humiliation y est permanente et quotidienne, et si je désirais aller en promenade grillagée, il fallait que j’accepte que les agents me volent mes CD,mélangent mon linge propre avec le sale durant mon absence de la cellule.

J’ai de nouveau été transféré sur la région parisienne, à la maison d’arrêt de Nanterre (Hauts de Seine) Dés mon arrivée, j’ai fait l’objet de la part des surveillants du quartier isolement, de provocations multiples et de plus en plus poussées sur l’échelle de la crapulerie, vols permanents dans mon paquetage pendant mes séjours au cachot, tee-shirt, short, chaussettes, caleçons. Un surveillant m’a même bousculé pour provoquer une rixe à laquelle je n’ai pas donné prise, toutes mes séances de sport sont annulées sous des prétextes fallacieux, plus toutes les menaces de mort proférées clairement ou par sous-entendus, en présence de témoins, pour ces derniers. Je suis resté trois mois avant d’être à nouveau transféré à la prison de Fleury-Mérogis.

C’est en 2004 en plein été que j’arrive au bâtiment D5 de FLEURY MEROGIS construit sur le modèle Américain. Je suis placé à l’isolement où tout m’est interdit, je passe sur les provocations verbales qui finissent par me faire craquer et insulter ceux qui les profèrent, ce qui inévitablement entraîne de nouvelles sanctions disciplinaires. Pour exemple, un soir un valeureux surveillant vient nous insulter derrière la porte lors de sa ronde : « bande de pédés, vous rigolez moins maintenant qu’on a droit à porter les cagoules pour vous matraquer la gueule, vermines, chiens que vous êtes etc... »

Les autres isolés et moi-même avons répondu à ces insultes par des insultes. Sur deux détenus ayant pris un compte rendu d’incident, je suis le seul à avoir été condamné. Je n’ai pas souhaité être assisté de mon conseil, car je connaissais l’issue du« procès » interne, et n’ai pas voulu comparaître devant ce pseudo tribunal. J’ai donc été sanctionné de 15 jours de mitard.

A mon arrivée au quartier disciplinaire, j’ai comme à chaque fois été passé à la fouille réglementaire, une fois nu, le responsable de la fouille me demande de me retourner, de me baisser, de tousser devant l’auditoire ce à quoi je refuse catégoriquement de me soumettre,par un refus clair et net : « Je ne me baisse pas et je ne tousse pas » .A ce moment précis une demi douzaine de surveillants me sautent dessus, m’ immobilisent en me plaquant au sol et commettentune agression sexuelle en ce sens que, l’un des gardiens, après avoir enfilé une paire de gants en latex, m’a écarté les fesses, sur l’ordre d’un brigadier présent. A ce jour une plainte a été déposée contre eux, et cela fait plus d’un an que j’attends d’être entendu par les services de police, alors que pour le brigadier saoul de Villepinte qui avait porté plainte contre moi pour insultes, ça n’avait mis que 15 jours pour que je sois entendu par les services de police, et moins de quatre mois plus tard pour être jugé et condamné. Depuis le jour de cette agression sexuelle, j’ai atteins véritablement mes limites décidé de rendre la justice moi-même,je suis parvenu au bout de ce qu’unêtre humain peut encaisser, en terme de torture, ma mère a tellement argumenté pour que je porte plainte, et que je transcende la vengeance en un ultime combat pour ma vie, j’ai fini par le faire sans m’illusionner outre mesure. Elle m’a dit que si je ne portais pas plainte, ce serait comme une sorte de consentement mutuel, et surtout que les agents bourreauxréitèreraient ce genre de viol collectif, et aussi que si j’en attrapais un ou deux pour leur faire du mal, cela me soulagerait sur le coup mais n’empêcherait en rien qu’ils recommencent sur d’autres.

Depuis ce « viol » de mon intimité,je n’ai pu me regarder dans le miroir pendant des mois et aujourd’hui je suis toujours sous le choc, cauchemars, angoisses, stress du au fait qu’une telle violence physique et morale ne se reproduise un jour. Al’issue de cette fouille éhontée, j’ai eu le pouce du pied droit cassé et sûrement des côtes fêlées, suite à la violence de l’altercation. J’ai alors fait état de ce qui s’était passé au médecin présent, qui a catégoriquement refusé de m’ausculter et de me fournir un certificat médical faisant état des ecchymoses, blessures et possibles séquelles résultant de la fouille musclée subie quelques jours auparavant. Heureusement que la France est le berceau des droits de l’homme,sinon qu’est-ce que cela serait ? Je suis donc repassé au prétoire pour avoir répondu verbalement aux surveillants qui m’ont torturé, et repris 15 jours de cachot.

Quelques temps après, toujours au QHS de Fleury Mérogis (D5), suite à d’autres insultes proférées à mes tortionnaires , j’ai de nouveau subi une fouille dégradante à laquelle j’ai refusé une nouvelle fois de me soumettre. Suite à cette altercation avec mes bourreaux de la fouille, le midimême après avoir ingurgité le « repas »,je suis tombé dans un sommeil profond et comateux qui s’est prolongé toute la journée. A mon réveil j’ai été pris de nausées, de vomissements, de coliques. A l’époque j’en ai fait part à mon conseil qui visiblement n’a pas pris mon récit au sérieux, pourtant il était exclu que j’en fasse part au médecin présent, puisque c’était le même qui m’avait refusé l’auscultation et le certificat médical le mois précédent

J’avoue que des pensées de suicide se sont de nouveau manifestées, mais en les analysant je me suis rendu compte que jamais je n’ai eu envie de mourir,j’avais juste envie de faire cesser cette douleur morale infligée par le rouleau compresseur et vengeur de l’appareil pénitentiaire. C’était cela ou des actes sauvages de « légitime violence ». C’est en pensant à ma fille ainsi qu’à mes proches, que j’ai choisi de continuer à combattre debout comme je l’ai toujours fait depuis le premier jour de mon incarcération

A la suite de ces nombreux incidents, j’ai été transféré à la maison d’arrêt de LIANCOURT, dans laquelle je suis resté deux mois sans réels problèmes. J’ai ensuite été retransféré sur la maison d’arrêt de LA SANTE à Paris où je ne suis resté que huit jours au prétexte que trop de types de même profil se trouvaient dans cet établissement. J’ai donc été transféré de nouveau à FLEURY MEROGIS, cette fois ci au bâtiment D1, en détention dite « normale » puisque mon avocate a eu gain de cause devant letribunal administratif pour un délai non respecté par l’AP, sur une mesure de placement à l’isolement.

Comme à chaque fois que j’ai eu la possibilité de me trouver en détention classique, aucun problème de comportement n’a été constaté. Par contre à chaque fois les problèmes ont recommencés, dés que le huit clos avec les surveillants a été remis en place. Tout à coup, d’après les dires de mes tortionnaires, je devenais dangereux, démoniaque, incontrôlable etc...

Après huit mois d’un comportement irréprochable, j’ai été transféré de nouveau à la maison d’arrêt de ROUEN, celle là même d’où je vous écris et où j’avais passé 95 jours dans moins de 4m2 pour obtenir un rapprochement familial. Nous sommes le 15/09/2005 et la date de mon procès est prévue pour Mai prochain. Cet éloignement outre le fait d’essayer de faire exploser les liens familiaux, vise en priorité les libertés fondamentales de la défense, en m’empêchant de préparer sereinement celle-ci.

Faute de moyens financiers, nous ne payons pas notre avocate qui bénéficie de l’aide juridictionnelle, donc un minimum, je ne puis lui demander de payer les voyages de sa poche afin de parcourir 130 km, pour venir me voir et m’aider à travailler sur mon dossier.

Je précise que le dossier étant fermé, rien ne justifie le blocage de mon courrier, de celui de ma femme en particulier, alors que cette dernière est inscrite sur les listes de greffe des reins comme je l’explique plus avant, ce qui m’angoisse au plus haut point.

Encore une fois, c’est la famille qui est prise en otage, je rappelle que ma petite sœur Lyndia est l’enfant la plus âgée à être encore en vie après une contamination mère enfant, d’après de nombreuses associations. Si cela ne s’appelle pas de la torture comment qualifiez-vous ces exactions, ces actes de barbarie, de vengeance et d’acharnement mortifère ?

Je vous remercie par avance de l’attention que vous voudrez bien porter à ma lettre, et il me semble nécessaire de souligner la notion d’urgence et de détresse, dans laquelle ma famille et moi nous trouvons. J’insiste sur le fait que ma vie ainsi que celle de ma famille sont gravement menacées, ce dont les agents de l’AP sous le sceau de l’impunité nous font largement savoir. J’ajoute que pour épuiser tous les autres recours, il faudrait que mon courrier puisse sortir et arriver qu’intra-muros ces recours sont un mode illusoire, que ce présent courrier est l’exception qui confirme la règle, et que si personne n’intervient, mille fois ma famille ou moi avons le temps de mourir et de venir grossir les statistiques.

Merci d’ores et déjà, pour toute l’aide que vous voudrez m’apporter.

Cyril KHIDER

A l’Observatoire International des Prisons

Au Directeur de la Maison d’arrêt Bonne Nouvelle

Au Préfet de Seine Maritime

A Madame Hélène LUC sénatrice

A Monsieur Jean-François VOGUET sénateur

A Monsieur Jean-Claude LEFORT député

A Monsieur Pierre BOURGUIGNON député

A Monsieur François HOLLANDE député

A Monsieur Jean-Paul DELEVOYE médiateur de la République

A la Cour Européenne des Droits de l’Homme

Au Comité européenne pour la Prévention et des peines ou traitements inhumains ou dégradants


Précédent Haut de page Suivant