Anarchistes Anarchistes
  - (1996) Procès Marini
  - (1996) Quatre de Cordoba
  - (2001) Quatre de Luras
  - (2003) Opération "Black-Out"
  - (2003) Quatre de Valence
  - (2003) Six de Barcelone
  - (2004 - 2005) Opération Cervantes
  - (2004) Enquête sur les COR
  - (2004) Quatre de Aachen
  - (2005) Opération "Nottetempo"
  - (2005) Opération Fraria
  - (2006) Emeutes Forum Social Européen d’Athènes
  - (2006) Operation "Comitato Liberazione Sardegna"
  - (2006) Opération du 9 Février
  - (2006) Opération du Quatre Mai
  - Anonima Sarda Anarchici Insurrezionalista
  - Autres
  - Azione Rivoluzionaria Anticapitalista
  - Brigadas de la Cólera
  - Brigata 20 luglio
  - Cellule Armate per la Solidarietà Internazionale
  - Cellule contro il Capitale, il Carcere, i suoi Carcerieri e le sue Celle
  - Cellule Insorgenti Metropolitane
  - Cooperativa Artigiana Fuoco e Affini (occasionalmente spettacolare)
  - Federazione Anarchica Informale
  - Fuerzas Autonómas y Destructivas León Czolgosz
  - Individus
  - Justice Anti-Etat
  - Narodnaja Volja
  - Nucleo Rivoluzionario Horst Fantazzini
  - Solidarietà Internazionale

Anti-Fascistes Anti-Fascistes
  - Pedro José Veiga Luis Pedro
  - Stuart Durkin
  - Thomas Meyer-Falk
  - Tomek Wilkoszewski
  - Volkert Van Der Graaf

Anti-Guerres Anti-Guerres
  - Barbara Smedema
  - Novaya Revolutsionaya Alternativa

Anti-Impérialistes Anti-Impérialistes
  - Action Révolutionnaire Populaire
  - Armed Resistance Unit
  - Comando Amazónico Revolucionario
  - Comando Popular Revolucionario - La Patria es Primero
  - Comandos Autonomos Anticapitalistas
  - Fraction Armée Révolutionnaire Libanaise
  - Front Armé Anti-Japonais d’Asie du Sud
  - Front Révolutionnaire de Libération du Peuple (DHKC)
  - Grupos de Combatientes Populares
  - Individus
  - Lutte Populaire Révolutionnaire (ELA)
  - Lutte Révolutionnaire (LA)
  - Movimiento de Accion Popular Unitario Lautaro
  - Movimiento Revolucionario Túpac Amaru
  - Movimiento Todos por la Patria
  - Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre (17N)
  - Revolutionary Armed Task Force
  - Revolutionären Zellen
  - Symbionese Liberation Army
  - United Freedom Front

Communistes Communistes
  - Action Directe
  - Affiche Rouge
  - Armée Rouge Japonaise
  - Brigate Rosse
  - Brigate Rosse - Partito Comunista Combattente
  - Cellule di Offensiva Rivoluzionaria
  - Comando Jaramillista Morelense 23 de Mayo
  - Comando Justiciero 28 de Junio
  - Comunisti Organizzati per la Liberazione Proletaria
  - Ejército Popular Revolucionario
  - Ejército Revolucionario Popular Insurgente
  - Ejército Villista Revolucionario del Pueblo
  - Fuerzas Armadas Revolucionarias del Pueblo
  - Grupos de Resistencia Antifascista Primero de Octubre
  - Individus
  - Ligue Marxiste-Léniniste de Propagande Armée (MLSPB)
  - May 19 Communist Organization
  - MLKP / Forces Armées des Pauvres et Opprimés (FESK)
  - Nuclei Armati per il Comunismo - Formazioni Comuniste Combattent
  - Nuclei di Iniziativa Proletaria Rivoluzionaria
  - Nuclei Proletari per il Comunismo
  - Nucleo Proletario Rivoluzionario
  - Parti Communiste des Travailleurs de Turquie / Léniniste (TKEP/L)
  - Parti Communiste Ouvrier de Turquie (TKIP)
  - Parti-Front Populaire de Libération de la Turquie/Avant-garde Révolutionnaire du Peuple (THKP-C/HDÖ)
  - Proletari Armati per il Comunismo
  - Rote Armee Fraktion
  - Tendencia Democrática Revolucionaria
  - Union des Communistes Révolutionnaires de Turquie (TIKB)
  - Unione dei Comunisti Combattenti

Environnementalistes Environnementalistes
  - Anti OGM
  - Anti-Nucléaires
  - Bio-Technologies
  - Earth Liberation Front
  - Etats-Unis
  - Lutte contre le TAV
  - Marco Camenisch
  - Solidarios con Itoitz (Espagne)

Libération animale Libération animale
  - Animal Liberation Front (ALF)
  - Campagne contre Huntingdon Life Sciences (HLS)
  - Peter Young

Libération Nationale Libération Nationale
  - Afro-Américain
  - Amérindien
  - Assam
  - Balouchte
  - Basque
  - Breton
  - Catalan
  - Chiapas
  - Corse
  - Galicien
  - Irlandais
  - Karen
  - Kurde
  - Mapuche
  - Palestinien
  - Papou
  - Porto-Ricain
  - Sarde
  - Tamoul
  - Touareg

Luttes & Prison Luttes & Prison
  - Belgique
  - Contre les FIES
  - Contre les type F (Turquie)
  - Journée Internationale du Révolutionnaire Prisonnier
  - Moulins-Yzeure (24 novembre 2003)
  - Mutinerie de Clairvaux (16 avril 2003)

Manifs & Contre-Sommet(s) Manifs & Contre-Sommet(s)
  - Manifestations anti-CPE (Mars 2006)
  - Sommet de l’Union Européenne de Laeken (14 décembre 2001)
  - Sommet du G8 à Gênes en juillet 2001
  - Sommet européen de Thessalonique (Juin 2003)

Maoistes Maoistes
  - Parti Communiste de l’Inde - Maoïste
  - Parti Communiste des Philippines
  - Parti Communiste du Népal (Maoïste)
  - Parti Communiste du Pérou
  - Parti Communiste Maoïste (MKP)
  - Purba Banglar Sarbahara Party

Répression Répression
  - Allemagne
  - Belgique
  - Espagne
  - France
  - Italie
  - Suisse

Sabotages & Actions Sabotages & Actions
Présentation de l'APAAPA ?
Publiée le 13 décembre 2005

- Kurde


Actualité du Kurdistan

Kurdistan Sud. Le PCDK apparaît dans les bulletins de vote en Irak.

(KurdishMedia)

La liste de l’Alliance du Kurdistan qui se compose principalement du Parti Démocratique du Kurdistan (PDK) et de l’Union Patriotique du Kurdistan (UPK), et qui rassemble également d’autres petites formations, est largement attendue de gagner la majorité des votes kurdes lors des élections irakiennes à venir. Néanmoins il y a d’autres listes kurdes qui se présentent dont notamment le controversé Parti de la Solution Démocratique du Kurdistan (PCDK) qui est souvent associé au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Malgré les protestations du gouvernement turc, le PCDK est apparu sur les listes lors des élections de janvier pour gouvernement de transition irakien, mais il n’avait pas recueilli suffisamment de votes pour obtenir un siège à l’assemblée nationale. Le gouvernement turc a une nouvelle fois protesté de l’existence et de la reconnaissance du PCDK dans le jeu politique irakien, mais ce parti sera néanmoins présent dans le scrutin irakien sous le numéro de liste 779.

Comme les élections approchent, il ne se passe pas un jour sans que les médias turcs ne fassent mention du PCDK. Curieusement, les Irakiens et les Kurdes d’Irak ne savent pas grand-chose de ce parti. Cette liste est mené par le Dr. Fa’iq Mohammed Ahmad et son slogan déclare vouloir « mettre fin à la corruption ». Le parti utilise aussi bien le drapeau traditionnel du Kurdistan que celui de la Confédération du Kurdistan du leader du PKK Abdullah Ocalan. Le soutien de Kurdes au PCDK est perçu comme le signe d’un nationalisme kurde et comme un vote de protestation contre Le PDK et l’UPK.

Kurdistan Est. Bilan des dernières répressions

(Communiqué du PDKIran).

Les forces de sécurité iraniennes ont tué au moins 5 Kurdes le 4 décembre 2005 dans les villes de Sanandaj, Piranshahr et Mariwan.

Un jeune homme de 17 ans est mort sous la torture à Sanandaj le 4 décembre 2005.

Pouya Ibrahim Abadi a été arrêté par la 13 unité de police de la ville, il a subit de terribles tortures lors de sa détention au poste de police et pour éviter des manifestations de la population les autorités ont déclaré qu’il s’était pendu après sa capture. La famille n’a pas été autorisé à faire des funérailles publiques.

Deux morts à Piranshahr le 4 décembre 2005.

Les forces de sécurité ont ouvert le feu sur un groupe de personnes transportant un corps en vue de funérailles à Haji près de la frontière irano-irakienne. Maher Mandan, originaire de Urmiyeh, a été tué. Le corps de la victime a été emporté par les forces de sécurité qui ont refusé de le rendre à sa famille.

Lors d’un autre incident, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur deux personnes qui s’approchaient de la frontière avec l’Irak, blessant l’une et tuant l’autre.

Deux morts à Mariwan le 4 décembre 2005.

Les forces de sécurité iraniennes de Marivan, ont tiré sur un groupe de Kurdes au travail près de Sewlawe (Mariwan) et tué Abdolrahman (Habibollah) Hoseini.

Un événement similaire a eu lieu dans le village de Khanmeshekhan (Mariwan) et là Osman Mohammadi a été tué.

Syrie / Kurdistan Ouest. Journée des droits de l’Homme : la police disperse une manifestation à Damas

DAMAS, 10 déc 2005 (AFP) - Les forces de sécurité syriennes ont dispersé samedi un sit-in organisé par trois partis kurdes de l’opposition à Damas à l’occasion de la journée mondiale des droits de l’Homme, a constaté un journaliste de l’AFP.

Une cinquantaine de personnes, qui s’étaient rassemblées dans le centre de la capitale syrienne, ont peu après été dispersées par la police anti-émeutes.

Le Rassemblement national démocratique (RND), une coalition de cinq partis syriens interdits, qui devait participer comme tous les ans à ce sit-in organisé à l’occasion de la journée mondiale des droits de l’Homme, a décidé lors d’une réunion vendredi de ne pas participer à l’évènement samedi.

Le RND a pris cette décision en raison de "la situation que traverse le pays et les pressions externes qui pèsent sur la Syrie actuellement", a déclaré à l’AFP Aziz Daoui, responsable du Parti démocratique progressiste kurde.

Les manifestants réclamaient lors de leur sit-in samedi le respect "des principes des droits de l’Homme et une solution juste et démocratique à la question kurde dans le cadre de l’unité du pays". Ils ont ainsi appelé à ce que les Kurdes puissent récupérer la nationalité qui leur a été retirée.

Les manifestants ont demandé également aux autorités syriennes "d’annuler la loi d’urgence et d’accorder des libertés civiles" à la population.

D’autre part, M. Daoui a affirmé que les signataires de la Déclaration de Damas "s’étonnaient et dénonçaient la décision de déférer le porte-parole du RND, Hassan Abdelazim, devant la justice militaire".

M. Abdelazim doit comparaître devant une cour militaire le 18 décembre pour distribution du bulletin d’information que la coalition d’opposition publie depuis 1991. Il est accusé de "porter atteinte à la réputation de l’Etat".

Les partis du RND, d’autres groupes et personnalités de l’opposition laïque syrienne, ainsi que le mouvement des Frères musulmans, avaient appelé en octobre à un "changement démocratique et radical" dans le pays.

Dans un texte intitulé "la Déclaration de Damas", ils se sont prononcés en faveur de l’"instauration d’un régime démocratique, qui est la voie principale pour réaliser le projet du changement et des réformes politiques".

La Turquie plaide contre le PKK auprès du directeur de la CIA

ANKARA, 12 déc 2005 (AFP) - La Turquie a continué à exercer une pression sur les Etats-Unis lundi, profitant de la visite à Ankara du directeur de la CIA, Porter Goss, pour renouveler sa demande à Washington d’agir contre les rebelles séparatistes kurdes dans le nord de l’Irak.

"Dans la lutte contre le terrorisme, tous les pays soulignent l’importance du partage des informations, il est bien connu que la Turquie agit ainsi avec les Etats-Unis et d’autres pays, et la visite du directeur de la CIA devrait être vue dans ce contexte", a souligné le ministre de la Justice, Cemil Cicek, après une réunion de cabinet.

"En outre, nous avons des attentes spécifiques en ce qui concerne les Etats-Unis, notamment à propos de cette organisation séparatiste terroriste", a-t-il ajouté.

Le ministre faisait référence au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme une organisation terroriste par Washington et Ankara et qui utilise le nord de l’Irak comme base arrière pour ses opérations en Turquie.

La Turquie est depuis longtemps irritée par la réticence des Etats-Unis à agir contre les bases du PKK établie dans le nord de l’Irak vers lesquelles les militants se sont repliés. Elle a même menacé de se livrer à des opérations hors de ses frontières, en Irak, si la menace n’était pas éliminée.

Mais à l’engagement militaire, Washington préfère jusqu’à présent, agir en amont, pour assécher les ressources financières du groupe.

La visite de M. Goss intervient une semaine après celle du directeur du FBI (police fédérale américaine), Robert Mueller, qui s’est entretenu avec de hauts responsables turcs de la question du PKK.

Communiqué suite à l’attaque de locaux kurdes à Bruxelles le 10 décembre.

A l’opinion publique et à la presse

12.12.2005 Un engin incendiaire a été lancé, vers 22 h 30, samedi 10 décembre 2005, le jour “des droits de l’homme", contre les locaux de notre bureau DEHAP à Bruxelles - ouvert depuis le 1er mars 2005 -, endommageant gravement la porte d’entrée. L’intervention rapide de notre service de sécurité et de la police ont évité le pire. Les agresseurs se sont enfuis en criant "Turquie, Turquie".

Une telle attaque dans la capitale de l’Europe, pendant le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, vise aussi à empêcher toute démocratisation de la Turquie et à discréditer le peuple kurde.

Ceux qui ont organisé cet attentat contre nos locaux à Bruxelles sont les mêmes que ceux qui ont incendié et détruit 5000 de nos villages, tué des milliers de nos concitoyens, dynamité les sièges locaux de notre parti et de nos journaux, et, récemment, pris en flagrant délit dans un attentat à l’exposif contre une librairie à Semdinli. Toutes ces attaques sont programmées à partir d’un centre de décision et utilisées comme moyen d’intimidation, mais loin d’impressionner notre peuple, ces aggressions renforcent au contraire sa détermination dans la lutte.

Il est regrettable que les auteurs des attentats commis à Bruxelles, le 17 octobre 1998, détruisant l’institut kurde et le Centre culturel kurde, n’aient pas été, en leur temps, arrêtés et condamnés, alors qu’ils avaient été parfaitement identifiés par les caméras de vidéo surveillance. On peut penser , en effet, qu’une condamnation exemplaire aurait découragé la récidive et que l’attaque d’aujourd’hui contre nos locaux n’aurait pas eu lieu.

Nous en appelons à la solidarité de notre peuple, à l’opinion internationale et à toutes les institutions.

Fayik YAĞIZAY

Ex représentant de DEHAP en Europe


Précédent Haut de page Suivant